in

SENEGAL: Entre Macky Sall et Idrissa seck, le début d’une bataille de positionnement?

Tous deux anciens Premiers ministres mis à l’écart du régime, avec ambition de candidature à la présidentielle de 2012.

Echange de propos aigres-doux au Sénégal entre les camps de Macky Sall et d’Idrissa Seck, deux anciens Premiers ministres mis à l’écart du régime et qui entendent se présenter à la prochaine présidentielle. Après une interview d’Idrissa Seck, dans laquelle celui-ci disait à Macky Sall qu’il allait devoir rendre des comptes, les partisans de ce dernier ont riposté.

 

Idrissa Seck et Macky Sall ont, chacun leur tour, été pressentis pour succéder à Abdoulaye Wade dans le Parti démocratique sénégalais (PDS). Deux héritiers reniés qui sont passés à l’opposition, tout en continuant à chasser sur les terres wadistes. Avec deux positionnements aussi rapprochés, l’incident devait finir par arriver.

C’est une interview d’Idrissa Seck au groupe de presse Walfadjri qui a allumé l’étincelle. Le candidat y faisait référence à l’affaire dite des milliards de Taïwan.

Plus de 7 milliards CFA donnés au gouvernement sénégalais et dont la gestion avait été confiée à Macky Sall quand il était Premier ministre. «Il faudra qu’il rende des comptes de cela », à déclaré Idrissa Seck.

La réponse n’a pas tardé. Les jeunes du parti de Macky Sall, l’APR Yakaar, ont qualifié mercredi ces déclarations de «manoeuvres de provocation de la part d’un homme politique en mauvaise posture».

L’un des proches collaborateurs de Macky Sall, Diène Farba Sarr, a rédigé de son côté une lettre ouverte dans laquelle il ironise sur un Idrissa Seck «multimilliardaire spontané » et l’accuse de vouloir glaner «un peu de l’aura de son adversaire ».

«Idrissa Seck enfonce une porte ouverte: Macky Sall a déjà répondu à ces questions à la télévision».

Ousmane Thiongane, le responsable de la communication d’Idrissa Seck, répond à tout cela que les déclarations faites à Walfadjri n’étaient pas une attaque ciblée contre Macky Sall : «C’était la réaffirmation d’un principe : tous ceux qui ont eu à gérer des fonds devront rendre compte. On comprend cette réaction nerveuse, estime le conseiller, quand on sait que l’argument de campagne des partisans de Macky Sall est de dire qu’il est blanc comme neige».

 

 

MANU DIBANGO: Nouveau Cd: “Past Present Future”

TINTIN: Après la Belgique, menaces de censure au Royaume-Uni