in

RWANDA: Kigali signe son retour au sein de la CEEAC

Finie la… “rwandonnée”? 

La ville de Loango, près de Pointe-Noire au sud du Congo, a abrité, lundi, un exercice militaire regroupant 8 des 10 pays de la CEEAC (Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale) qui préparent leur force d’intervention rapide. Et la présence la plus remarquée a été celle de Louise Mushikiwabo, ministre des Affaires étrangères du Rwanda, qui a exprimé l’intention de son pays de retrouver l’instance régionale.

alt

Le Rwanda a quitté la CEEAC depuis un moment. Qu’est-ce qui explique votre présence à cette manœuvre «Loango 2014» 

Le Rwanda est un pays qui appartient à l’Afrique Centrale, aussi bien qu’à l’Afrique de l’Est. En réalité on n’avait pas quitté la Cééac, mais on avait suspendu notre participation parce que depuis le génocide de 1994, le Rwanda est un pays en reconstruction. Donc, on a pensé qu’on ne pouvait pas contribuer pleinement à la CEEAC. Mais, nous avons demandé depuis deux ans et demi de rejoindre nos frères et sœurs de l’Afrique Centrale. Nous avons un héritage important de cette sous-région. Donc, au prochain sommet, qui va avoir lieu dans quelques semaines, le Rwanda va réintégrer la CEEAC. C’est avec un grand plaisir que nous avons répondu à l’invitation du président Idriss Déby (président en exercice de la CEEAC) pour cet exercice militaire et pour le sommet qui va voir la réintégration du Rwanda au sein de la famille de la CEEAC. C’est pour cette raison que je suis ici pour marquer déjà un peu en avance la présence du Rwanda au sein de la Communauté.

 La famille de la Cééac vous a réellement manqué ?

Elle nous a manqué parce que le Rwanda est un pays à cheval entre l’Afrique Centrale et l’Afrique de l’Est. Nous avons gardé des relations très proches avec des pays comme le Congo qui accueille cet exercice militaire (… ). Le Rwanda est un pays qui est très loin de la tragédie, un pays stabilisé et prêt à contribuer à la CEEAC. C’est avec un grand plaisir que le Rwanda revient au sein de la famille de la CEEAC.

Qu’avez retenu pendant cette démonstration ?

Cet exercice est très important. La sécurité est une tâche mieux accomplie ensemble. J’ai pu apprécier le niveau de préparation. On a fait la même chose en Afrique de l’Est. Je dois dire que je suis très impressionnée.

SERVIZIO CIVILE: Bando da 1300 posti, aperto anche ai giovani stranieri

YAYA TOURE: Biographie de l’international ivoirien!