in

REFORME SCOLAIRE: Ce qui change (ou ne change pas) pour les étrangers

Davantage d’italien pour les étrangers!  

De l’étude de la langue italienne à l’éducation interculturelle, passant par l’éducation des adultes étrangers. Voilà ce que prévoit le texte de la Réforme Scolaire approuvé par le Parlement. Il est également question des élèves étrangers, qu’ils soient enfants, adolescents et adultes. Çà et là aussi quelques allusions, dans un texte qui ne semble pas avoir donné l’espace nécessaire au nouveau panorama multiculturel des écoles italiennes.

alt

La réforme fixe des «objectifs de formation prioritaires» ainsi que “l’alphabétisation et le perfectionnement de l’italien comme seconde langue». Comment? A travers des «cours et laboratoires pour étudiants non italiens (de nationalité et de langue), à organiser en collaboration avec les organismes  locaux et le 3ème secteur, avec l’apport des communautés d’origine, familles et médiateurs culturels. 

Parmi les priorités, il y aussi le «développement des compétences de la citoyenneté active et de la démocratie, à travers la valorisation de l’éducation interculturelle et la paix, le respect des différences et le dialogue entre les cultures».

Des questions fondamentales pour lesquelles justement l’école est un  laboratoire important, vu qu’il y a sur les bancs environ 800.000 enfants d’immigrants venant des quatre coins du monde.

Le texte approuvé parle ensuite des immigrants arrivés en Italie en age avancé. Il est prévu notamment un suivi de la part du Ministère de l’Éducation, de la formation et de l’extension des activités des centres d’éducation pour adultes, pour aussi «promouvoir la connaissance de la langue italienne par les adultes étrangers».

La réforme n’approfondit pas d’autres aspects importants relatifs aux étrangers adultes. Comme par exemple, les quotas, maximums ou minimums, dans les classes, évitant les ghettos, ou les “classi-ponte” (classes passerelles) parfois proposées pour l’insertion des étrangers.

Il n’est fait non plus aucune allusion à la formation et à l’embauche des enseignants d’italien comme 2ème langue (le soi-disant “italiano L2“), qui sont toujours en attente de concours.

Les écoles les plus ethniquement mixtes pourront cependant compter sur des enseignants supplémentaires. Le renforcement des organes prévu (50.000 enseignants) sera distribué en fonction du nombre d’inscrits (90%), et les autres 10% selon d’autres critères tels que l’abandon scolaire ou la présence des élèves étrangers. 

TCHAD: Idriss Deby appelle l’Afrique à «frapper sa propre monnaie» et à se débarrasser du Franc CFA

GABON: Les crimes rituels désormais punis de prison à perpétuité