in

R.D. CONGO: Le chef rebelle Bosco Ntaganda (recherché par la CPI) est à l’ambassade USA à Kigali.

De l’Ambassade… à La Haye?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, après l’avoir nié, a reconnu que Bosco Ntaganda, un dirigeant rebelle congolais recherché pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, s’est rendu à l’ambassade des Etats-Unis à Kigali, au Rwanda. Ce que le gouvernement américain a confirmé.

altIl n’y a pas plus d’information dans le communiqué qui a été publié par la suite sur le site du gouvernement, sauf qu’il s’y serait rendu de lui-même, ce lundi matin. Il s’est passé 48 heurs depuis l’entrée des troupes du M23 au Rwanda. Etait-ce le temps de négocier cette reddition?

Que va-t-il advenir du général rebelle? Bosco Ntaganda est recherché par la CPI pour des crimes de guerre présumés commis en Ituri. Washington n’a pas ratifié le statut de Rome qui institue la Cour mais cela ne l’a pas empêché d’interagir avec elle ces dernières années.

Jusqu’au début 2012, cela jetait un froid lorsqu’on parlait de Bosco Ntaganda avec un officiel congolais. Personne ne pouvait ignorer que ce général était à la fois le grand chef de l’armée dans l’est et le criminel de guerre recherché par la CPI. Ce grand écart a duré quelques années, temps que Bosco Ntaganda a mis à profit pour s’enrichir considérablement.

Tout le monde se souvient de l’affaire de l’avion chargé d’or qu’il a confisqué à Goma en 2011. On lui attribue toutes sortes de trafics et même des braquages de banques. A seulement 40 ans, celui que ses amis ont surnommé «Terminator» n’a aucune formation ni diplôme, mais une vraie expérience de la violence.

Il a fait ses armes au sein du Front patriotique rwandais. Ensuite on le retrouve dans l’Ituri aux côtés de Thomas Lubanga, devenu par la suite le premier homme condamné par la Cour pénale internationale. Bosco est poursuivi pour les horreurs commises dans cette région.

Ensuite, il a rejoint le CNDP de Laurent Nkunda, avant de le trahir au profit de Kinshasa. Le fait qu’il se soit jeté dans les bras des Américains montre qu’il était vraiment aux abois. Avec eux il risque gros, mais il sait qu’il aura la vie sauve.

Human Rights Watch demande aux Etats-Unis de livrer Ntaganda immédiatement à la Cour pénale internationale, qui a émis deux mandats d’arrêt contre lui pour le recrutement et l’usage d’enfants soldats, meurtres, attaques contre la population civile, viols, esclavage sexuel et pillage pendant le conflit en Ituri, en République Démocratique du Congo (RDC), en 2002-2003.

Ntaganda est également impliqué dans d’autres exactions au Nord-Kivu et au Sud-Kivu, ainsi que plus récemment comme l’un des dirigeants du groupe rebelle M23.

«Cela fait plus de 10 ans que Ntaganda trace un parcours d’atrocités dans l’est de la RDC, en menant des troupes qui ont assassiné, violé et pillé. Les Etats-Unis devraient maintenant s’assurer qu’il fasse face à la justice pour les crimes odieux qu’il aurait commis en le transférant immédiatement à La Haye», a déclaré Ida Sawyer, chercheuse sur la RDC.

 

RALLYE AICHA DES GAZELLES: La nigériane Yvonne Enwemadu et la française Anne-Estelle Ajax sont les “Wheels of Naija” –

CENTRAFRIQUE: Jean-Jacques Demafouth a été renvoyé du Tchad vers la Centrafrique