in

R.D. CONGO: Commémoration du 5ème anniversaire de la mort de Madilu à Toulouse

Mémoire immortelle!

Cinq ans après sa mort, la 2ème édition de la commémoration du 5ème anniversaire de la mort de l’artiste musicien Madilu Système a eu lieu, samedi 22 décembre à Toulouse, en France, en présence de compatriotes congolais de la diaspora.

altOnt pris part à ces assises, des musiciens tels que Danos Canta Nyboma Mwan’Dido, Wuta Mayi, Kuluna Elba Top, Jamaitha Inanga, Luzubu Suzuki, Caen Madoka, Beniko Popolipo, Stino Mubi et Faya Tess. La liste n’est pas exhaustive.

Né le 28 mai 1952 à Léopoldville, Madilu System avait embrassé la carrière musicale en 1970 comme chanteur au sein de l’orchestre Bamboula aux côtés du célèbre guitariste et compositeur, Antoine-Emmanuel Nedule, dit Papa Noël. Un peu plus tard, il monta un groupe avec deux de ses amis (Yossa et Pindu) qu’ils surnommèrent «Bakuba Mayopi». A 23 ans, poussé par une inspiration, il créa en 1975 un groupe qui portait le nom de «Pamba-pamba».

Bien équipé et bien rodé, Madilu System rejoint alors les grands chansonniers de la rumba congolaise. Il passe un peu de temps d’abord avec Rochereau Tabu-Ley dans “Afriza international”, avant d’aller à l’école du Tout-Puissant OK Jazz de Luambo Makiadi Franco. Parmi les chansons qui le propulsent sur le devant de la scène musicale on peut citer «Mamou» ou «Mario»…

Madilu a aussi évolué dans l’orchestre Mayopi (Madilu Yosha et Pindi) et a beaucoup collaboré avec Pépé Kallé Kabasele Yampanya dont il imitait parfaitement la voix. « Non » qu’il a chanté en duo avec Luambo Makiadi est la chanson qui l’a fait découvrir au grand public. Mais l’on reconnaîtra aussi sa voix dans les chansons «Mamou» ou «Mario» de Franco, «Daty Pétrole, Eau bénite» de Simaro Lutumba ou encore «Boma ngai na Boma yo tobomana» qui est sa composition.

Après la mort de Franco, suite au problème de leadership qui ont surgi dans le TP Ok Jazz, Madilu System entamera une carrière solo en créant son propre groupe d’accompagnement, d’abord sans nom mais qui, après portera la dénomination de «Ok System».

Dans sa carrière solo, il a composé des tubes à succès dont «Ya Jean». Mais basé à Kinshasa, « Ok System » a évolué comme un simple groupe d’accompagnement avec lequel il animait des productions scéniques.

Pour enregistrer la plupart de ses oeuvres, il bénéficiait rarement du concours ses musiciens se contentant de grandes pointures de la musique congolaise installées en Europe ou encore à Kinshasa. C’est le cas de Canta Nyboma et Chico Mawatu, de Lofombo avec son tout dernier album au titre «Bonne Humeur», comme il savait toujours la communiquer aux âmes éprouvées par le vécu quotidien.

Avec ses collègues musiciens, Madilu avait plusieurs projets qui ne se matérialiseront plus. C’est le cas de l’album collectif qu’il devait réaliser avec Lutumba Simaro et dont les fruit de la vente devait permettre d’aménager la tombe de Franco au cimetière de la Gombe où repose à jamais son âme.

Madilu, qui évoluait depuis 1999 avec son nouveau groupe «Royaume Système», laisse une oeuvre immense qui l’immortalisera. Les deux Congos, l’Afrique et le monde ne sont pas prêts de l’oublier.

CENTRAFRIQUE: Rebellion Séléka – La rançon des promesses non tenues par le président Bozizé?

BURKINA FASO: Démission du 1er ministre Luc Adolphe Tiao et entrée en fonction du nouveau parlement