in

R. D. CONGO: Fraude minière – 59 compagnies fictives démasquées

Mine… de rien!

59 compagnies fictives exploitant frauduleusement les minerais de la RDC sont basées dans les Iles Vierges Britanniques et à Gibraltar, révèle une enquête menée par le parlementaire britannique Eric Joyce, rendue publique par son ONG Free Fair DRC, à Kinshasa.


Le représentant spécial de Free Fair DRC, Herman Nzeza, a précisé qu’une bonne partie de ces compagnies appartient à un homme d’affaires juif qui entretiendrait des relations d’amitié avec le sommet de l’Etat congolais:
«Nous avons [en RDC] un gouvernement qui vent secrètement les ressources de l’Etat aux soi-disant compagnies, à des prix fortement en dessous de leur valeur réelle. Ces sociétés fictives n’investissent pas. Elles finissent par vendre ces ressources naturelles, aux plus gros intérêts, à des compagnies minières qui les exploitent et en font des bénéfices [sans indiquer les noms de ces entreprises]», a-t-il dit ajoutant que certaines de ces entreprises fictives, qui continuent à percevoir ainsi, chaque année, des millions USD, apparaissent à la Bourse de Londres.
Herman Nzeza a, par ailleurs, lancé un appel aux politiques congolais et à la société civile de lutter pour la transparence dans le secteur minier en RDC: «Nous venons d’adresser une lettre ouverte à Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale, lui demandant de constituer une commission d’enquête pour statuer sur les personnalités étrangères et congolaises qui exploitent le secteur minier en RDC».

A la veille des élections présidentielle et législatives de novembre dernier à Damas, le député Eric Joyce avait publié les résultats d’une enquête similaire dans laquelle il accusait les dirigeants politiques congolais d’avoir fait perdre à l’Etat 5,5 milliards USD en sous-évaluant les contrats miniers contractés avec des sociétés fictives des Iles Vierges Britanniques.

Ces genres d’allégations ne sont pas nouveaux. Au mois de juillet 2011, l’ONG “Action contre l’impunité pour les droits humains” (ACIDH) avait publié un communiqué pour dénoncer «la vente en catimini» par la Gecamines de ses parts dans les sociétés minières Mutanda Mining et Kansuki Sprl, assossiées respectivement aux sociétés Actifs Rowny ltd et Biko Invest, liées à l’homme d’affaire israélien Dan Gertler. Ces transactions avaient été révélées dans un document du groupe Glencore, publié lors de son introduction à la Bourse de Londres au mois de mai 2011.

SÉNÉGAL: Nouvel album de Habib Faye “H20”

COTE D’IVOIRE: Auditions des pro-Gbagbo : Ils n’attendaient que ça