in

PROJET BIOHYST POUR L’AFRIQUE: L’initiative humanitaire «Bits of future: Food for All» au Sénat de la République d’Italie

Biohyst, Sénat…urel! 

La technologie HYST est une invention révolutionnaire, fruit de près de 40 ans de recherches du savant italien, Ingénieur Umberto Manola. C’est un système de traitement des bio-masses dérivées des activités agricoles (paille, foin, bois et déchets végétaux…) et de l’industrie agro-alimentaire (son, marc d’olives et de raisins, résidus des pâtes…), capable d’en récupérer des produits pour l’alimentation humaine, la zootechnie et les bio-combustibles, à des coûts et consommations énergétiques extrêmement bas et sans impact sur l’environnement.

altLe 29 Novembre 2012, à la salle de conférence Palazzo Bologna du Sénat de la République Italienne, a eu lieu la réunion intitulée «La technologie Hyst pour la sécurité alimentaire», au cours de laquelle ont été exposés aux gouvernements intéssés les lignes directrices pour la réalisation du projet “Bits of future: Food for All” (Un peu de futur: Nourriture pour Tous). 

La réunion, organisée par l’Association “Scienza per l’Amore”, ont participé les représentants des ambassades du Burundi, Burkina Faso, Tchad, Ethiopie, Ghana, Guinée Bissau, Lesotho, Maroc, Rwanda, Sénégal, Afrique du Sud, Soudan, l’Ouganda et la Zambie, ainsi que des représentants du Ministère du Développement Economique), de l’Union Pétrolière et de grandes universités.
Pendant la conférence, les participants ont été mis à jour sur les progrès du projet
ne délégation de “Scienza per l’Amore” avec la Direction Exécutive de la Banque mondiale, à Washington DC.

En raison de sa simplicité et de son économicité, la technologie HYST est particulièrement adaptée pour des interventions diffusées sur le territoire. Ce sont là les principales raisons pour lesquelles le projet a récolté d’importantes appréciations, allant de la Présidence de la République italienne à la Direction Exécutive de la Banque Mondiale», a déclaré le président de l’Association “Scienza per l’Amore”, Ingénieur Pierfrancesco Dell’Omo, illustrant les caractéristiques techniques de la technologie HYST.

Il a été suivie par l’intervention de l’ingénieur. Franco Del Manso, de l’Union Pétrolière, qui a rappelé comment les  biocarburants de première génération sont souvent en concurrence avec la nécessité de préserver les matières premières pour l’alimentation. «A partir de cette technologie, il est possible de produire des biocarburants de seconde génération aux caractéristiques pleinement compatibles avec les exigences techniques du secteur des transports. Voici pourquoi l’Union Pétrolière est vivement intéressée à cette technologie. [] Notre aspiration est de contribuer au développement de la technologie pour l’aspect énergétique, destinée à soutenir la plus noble, celle de la sécurité alimentaire et de la lutte contre la faim et la pauvreté».

Alessandra Costa, Directrice de la société BIOHYST, a ensuite expliqué: «Notre objectif de fournir gratuitement la technologie a été partagée par la Banque mondiale, qui pourrait apporter un soutien financier aux pays qui n’ont pas les ressources économiques nécessaires pour réaliser un pôle industriel HYST complet[…] Il est fondamental maintenant que les gouvernements intéressés expriment la réelle volonté de bénéficier de cette opportunité. Cette volonté sera le véritable moteur du projet».

La plupart des représentants du gouvernement présents ont exprimé leur volonté d’adhésion à cette initiative.

L’ambassadeur du Burundi, Son Excellence M. Renovat Ndayirukiye, a déclaré: «Ce programme offre de nombreux avantages, du point de vue industriel, agroalimentaire et du biocarburant Nous qui n’avons pas de pétrole, sommes très intéressés […] Tous les pays africains se soulèveront pour démontrer que ceux bloquent le projet commettent une grosse erreur. Nous sommes prêts à soutenir ce projet»

EGYPTE: Le projet de constitution adopté – Victoire du président Mohamed Morsi?

SENEGAL: La CAF (Confédération Africaine de Football) suspend le stade Léopold Sédar Senghor pour un an