in

PRIX KWAMI N’KRUMAH: Sept femmes lauréates

Récompensées pour leur contrinution au  Développement de la science en Afrique.
Le lancement officiel de l’Université panafricaine a servi de prétexte pour la cérémonie de remise du prestigieux Prix scientifique régional Kwame Nkrumah, décerné aux femmes par l’Union Africaine (UA).

 

Le prix, qui est à sa 3éme édition cette année, a été décerné à 7 lauréates qui viennent des régions d’Afrique australe, du Nord, de l’Ouest et du Centre, qui ont reçu chacune 20.000 dollars en espèces. Il s’agit des Professeurs:

Rose Gana Fomban Leke (Cameroun): Professeur d’immunologie et de parasitologie et chef de département à la faculté de Médecine et des Sciences biomédicales de l’Université de Yaoundé 1. Elle est également directrice du Centre de biotechnologie de la même institution universitaire.

Eblehal El-Demerdash (Egypte):auteur d’environ 135 publications scientifiques dans des revues de recherche de renommée internationale, régionales et Egyptiennes. Ceci dans plusieurs domaines médicaux, notamment la pharmacologie cardiovasculaire, la chimiothérapie et la thérapie génique ainsi que dans les domaines des toxines et de la protection.

■  Nermin El Semary (Egypte); Docteur en génétique communautaire des cyanobactéries à l’Université de Bristol au Royaume-Uni. Elle travaille actuellement à la production de biocarburant à base de microalgues.
Maureen Coetzee (Afrique du Sud): Chercheur et directeur de l’unité de recherche d’Entomologie et de Malaria à l’Université de Witwatersrand de Johannesburg.

■  Etheresia Pretorius (Afrique du Sud): Membre du département de Physiologie de l’Université de Pretoria, où elle mène depuis 2005 des recherches sur l’utilisation du microscope électronique comme outil pour l’étude des maladies qui affectent spécifiquement les réseaux de plaquettes et de fibrine, en utilisant à la fois sur les modèles humain et animal.

Dosso Mireille Carmen (Côte d’Ivoire): Créatrice en 1982 un programme de formation en microbiologie médicale, pharmacologie et biosciences à l’attention des ingénieurs et des techniciens de laboratoire de Côte d’Ivoire et à ce jour elle a formé 64 étudiants de deuxième cycle. Elle a dédié son prix à son pays et à la mémoire de son mari qui a été lâchement assassiné lors des malheureux évènements survenus en Côte d’Ivoire.
Kakou Yao Rita (Côte d’Ivoire): Activement impliquée, au cours des 20 dernières années, dans plusieurs travaux de recherche en collaboration avec plusieurs partenaires de pays européens et de la CEDEAO.

 

R.D. CONGO: Etienne Tshisekedi coincé dans sa résidence

FLUX 2012: Le Ministre Cancellieri (Intérieur): “On travaille dessus”