in

POSOSHOK: Retour en “force” avec le 2ème album

Musique métissée sans frontière!

Le deuxième album du groupe, «Force» est plein d’énergie glanée de leurs voyages à travers le monde.

altContrairement aux apparences, le groupe “Pososhok” n’est pas en quête d’identité. Oui, ils sont les ambassadeurs d’une musique métissée. Oui, ils prônent les croisements de plusieurs rythmes. Et oui, ils ont fait le tour du monde. Mais ce groupe de 4 musiciens a juste une envie de toucher un peu à tout. Cette bougeotte multiculturelle est également perceptible dans les langues utilisées pour les lyrics. Dans leur premier album «Odyssey», tout comme pour le dernier, «Force», Zulu, français et anglais se greffent avec subtilité au “bafia”, la langue maternelle de la chanteuse de «Pososhok».

La Camerounaise Estelle Baroung Hughes est à la base du groupe avec son mari Conrad Hughes, de nationalité sud-africaine. Ils reviennent avec des sons pop, un tantinet jazzy. Certains singles de l’album sont un mix de jazz, rock et sonorités africaines. L’énergie d’Estelle Baroung Hughes contribue au rythme cadencé de l’album, même si sur des morceaux comme «Tata» ou «Got no time», elle laisse s’exprimer son côté diva soul. Les voyages de «Pososhok» ont aussi laissé une empreinte. Leur penchant pour l’aventure ressort, par exemple, dans «Le train», qui traverse le continent, de Yaoundé à Johannesburg.

Les deux cultures s’épousent lorsque Conrad F. rencontre Estelle en France en 1997. Les origines de son partenaire influence le style, mais aussi le thème des chansons de la Camerounaise. Résultat, le premier album porte la marque de l’apartheid. Mais c’est un changement en douceur qu’offre la dernière production. Car les textes engagés pour l’égalité des races sont toujours au rendez-vous. Le retour du groupe se passe sous de nouveaux auspices. D’abord grâce à l’apport artistique des deux autres membres, Erick Sefar et Quentin Rochas, très portés sur les sons modernes et avant-gardistes.

Les 4 membres de «Pososhok» se sont nourris des inspirations nées de leur tournée mondiale. Entre «Odyssey», sorti en 2002, et leur nouvel opus «Force» cette année, les musiciens ont passé 2 ans en Inde, vécu 3 ans à Amsterdam, participé à nombre de concerts et de festivals en Europe.

COTE D’IVOIRE: Les miracles du hors sol – “Je gagne beaucoup mieux”

BURKINA FASO: Une opération de recensement met au jour 6000 fonctionnaires fictifs