in

OUGANDA: La loi sur ‘l’assassinat des homosexuels’ sème la terreur

Ça n’a rien de “gay”!

Le parlement a relancé le projet de loi anti-homosexualité, connue également sous le nom de la Loi sur “l’assassinat des homosexuels”.

altDavid Bahati, un député a présenté le projet de loi en 2009. A ce moment, la loi avait proposé la peine de mort pour les personnes engagées dans des relations sexuelles avec des gens du même sexe, des mineurs ou des handicapées. Un séropositif coupable qui se livre à des relations homosexuelles serait également condamné à mort.

En outre, le projet de loi avait proposé une condamnation à perpétuité pour une personne reconnue coupable d’attouchement envers une autre personne du même sexe “avec l’intention de commettre un acte d’homosexualité“.

Cependant, les menaces des pays occidentaux de réduire l’aide humanitaire et le plaidoyer des groupes internationaux des droits humains ont contraint le gouvernement ougandais à suspendre ce projet de loi.

L’homophobie s’est accrue dans ce pays conservateur au début de l’année 2011 lorsque David Kato, l’un des leaders des activistes homosexuels, a été assassiné après que son nom et ceux de 99 autres présumés “gays et lesbiennes connus” ont été publiés dans un journal local (tabloïde), “Rolling Stone”, sous le titre “Tuer les homosexuels“.

Sa mort a entraîné une condamnation internationale. En conséquence, le président Yoweri Museveni a suspendu ce projet de loi et a autorisé son expiration pour mai 2011. Mais le gouvernement l’a relancé en novembre 2012. Rebecca Kadaga, la présidente du Parlement ougandais, a récemment déclaré que la culture du pays n’avait “aucune place pour les homosexuels” et elle a promis de lutter pour que ce projet de loi soit voté “comme un cadeau de Noël.” Cependant, le projet de loi actuellement présenté devant le parlement est légèrement différent de la version de 2009.

La peine de mort a été supprimée. Les peines vont maintenant de quelques années de prison à la condamnation à perpétuité pour les condamnés. Le projet de loi est maintenant entièrement entre les mains du président du parlement“, a déclaré Meldad Lubega Sseggona, l’un des membres de la commission parlementaire qui a révisé le projet de loi. 

Mais, il demeure encore beaucoup de points du projet original. Les condamnations à vie seront toujours prononcées contre les personnes reconnues coupables de s’engager dans des relations homosexuelles. Et le projet de loi actuel propose également une peine de 3 ans pour une personne reconnue coupable de n’avoir pas signalé une infraction homosexuelle.

MADAGASCAR: Marc Ravalomanana ne sera pas candidat à la prochaine élection présidentielle

VATICAN: Message du Pape Benoît XVI pour la Journée mondiale de la paix 2013