in

NIGERIA: Le pays s’attaque au détournement de pétrole

Avec 2,8 millions de barils par jour, le Nigeria est le premier producteur de pétrole africain.

C’est aussi le pays où le pétrole est le plus détourné. Un phénomène qui serait en hausse. La chambre basse du Parlement a chargé deux de ses comités d’enquêter sur ce trafic qui représente des millions de dollars.

 

Les autorités nigérianes estiment que 150 à 200 000 barils sont détournés chaque jour, dans la région pétrolifère du delta du Niger, soit environ 10 % de la production totale du pays.

Au-delà des petits sabotages de l’oléoduc, pratiqués par les populations pauvres de la zone, il existe un détournement de grande ampleur. Un trafic très bien organisé, où des milliers de tonnes de brut, destinées au marché international, sont revendues à des courtiers indépendants.

Selon des témoignages, l’activité dite de “bunkering” serait en hausse, avec à la tête du système, des personnalités importantes, notamment du monde politique. S’agit-il de gouverneurs, voire de membres du pouvoir fédéral? Le cadre d’une compagnie pétrolière reste évasif: «Je ne sais pas, mais quand on voit le volume qui est détourné sans que l’on soit à même de l’empêcher, cela devrait vous donner une idée du rôle de ces personnes», a-t-il dit.

L’armée est également accusée d’être impliquée, notamment les petits gradés mal payés et donc facilement corruptibles. Mais les forces de l’ordre nient toute implication. Ces dernières semaines, l’armée a d’ailleurs multiplié les annonces concernant des raids contre quelque 2 000 raffineries clandestines. Le 31 octobre 2011, c’est un navire contenant 5 000 tonnes de brut qui aurait été saisi au large des côtes nigérianes.

 

AUDIENCES TELEVISEES: Amende de 1,8 millions euros à Auditel

FOOTBALL: Didier Drogba prêt à rejoindre Nicolas Anelka à Shanghaï?