in

NIGER: La porte du désert, Agadez, entre au patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO

 Agadez à garder!

L’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture), réunie en session annuelle au Cambodge, a inscrit le centre historique d’Agadez, au Niger, sur la liste du patrimoine mondial, ce samedi 22 juin. C’est la première fois que ce label est conféré à un site culturel nigérien. Seuls deux sites naturels du pays avaient jusque-là rejoint la prestigieuse liste.

altLa ville d’Agadez, avec sa grande mosquée coiffée d’un imposant minaret en terre crue, constitue le phare du tourisme au Niger, mais est actuellement désertée en raison de l’insécurité qui y règne, les pays occidentaux déconseillant de s’y rendre.

La construction de la ville historique, qui comprend notamment une mosquée au minaret imposant et le palais du sultan, remonte aux XVe et XVIe siècles. Elle est caractérisée par une architecture en abode, brique d’argile non cuite obtenue par séchage au soleil. «Depuis le XVe siècle, Agadez fut un carrefour exceptionnel du commerce caravanier. Elle apporte le témoignage d’une ville historique ancienne, formant un centre d’échanges culturels transsaharien majeur», a estimé l’Unesco dans le document préparatoire à la session de son Comité du patrimoine mondial réuni à Phnom Penh.

La reconnaissance internationale que lui accorde l’Unesco vient couronner une dizaine d’années d’efforts. «C’est vraiment une attente de longue haleine, aussi bien des populations locales que de tous ceux qui sont là pour protéger le patrimoine et cette richesse que nous avons dans la ville d’Agadez. Ce n’est que justice, je pense. Vous l’avez vu, le dossier d’Agadez était complet, il n’y avait pas à dire.Enfin, tout le monde était ému. Tout le monde a partagé ce sentiment que c’est une valeur à partager. C’est un patrimoine, ça appartient à tout le monde, et nous sommes très, très contents», explique Rhissa Feltou, le maire de cette “porte du désert”.

Si des années d’instabilité politique ont retardé l’inscription du site, pour l’édile Rhissa Feltou, c’est un tournant qui s’opère au Niger, un des pays les plus pauvres du monde.

«Je pense qu’on prend conscience qu’il faut préserver et entretenir ce qu’il reste, parce que nous sommes un grand pays. Il y a beaucoup de priorités, mais la culture est essentielle, il faut la préserver. Parce ce qu’un peuple qui ne conserve pas sa richesse est appelé à ne pas avoir de repère», insiste le maire d’Agadez, qui dit espérer désormais que «beaucoup d’autres sites vont se rajouter» et que le Niger s’apprête à proposer d’autres sites pour une inscription sur la liste du patrimoine mondial.

Et l’ardent défenseur du dossier d’inscription d’Agadez d’assurer que ce n’est là qu’un début et que le travail de sensibilisation auprès de la population pour protéger ce patrimoine va se poursuivre.

L’ENFANT YODE: Chanteur ivoirien – “Le zouglou n’est pas le camarade de quelqu’un” (Entretien)

FINANCE ISLAMIQUE: II° Forum International au pole universitaire de Sfax