in

NATIONALITE ITALIENNE: Campagne de signatures pour modifier le droit à la nationalité

Une initiative du Mouvement “L’Italia sono anch’io” (L’Italie, c’est aussi moi).

Il faut 50.000 signatures pour porter au Parlement deux projets de loi pour modifier l’actuelle loi sur la nationalité, du ‘ius sanguinis’ au ‘ius soli’“.

 

L’Italie est un pays qui croit démographiquement et ce, grace à la contribution des étrangers. Des citoyens qui, comme les italiens, paient les taxes mais n’ont pas le droit de nationalité et donc de vote: c’est inacceptable“. Cette dénonce a été lancée par Filippo Miraglia, Responsable Immigrés de l’ARCI (Association Récréative Communiste Italienne), à la présentation de la Journée nationale de collecte de signatures, pour la campagne de la nationalité intitulée L’Italia sono anch’io” (L’Italie, c’est aussi moi).

Il nous faut 50.000 signatures pour porter au Parlement deux projets de loi visant à modifier la loi actuelle sur la nationalité, du “jus sanguinis” (nationalité par droit de sang) au “jus soli” (nationalité par droit de naissance sur le territoire italien):

■ accordant la nationalité italienne aux:

● étrangers ayant résidé au moins 5 ans consécutifs;

bébés nés en Italie;

introduisant le droit de vote aux élections locales pour les étrangers.


La demande de nationalité italienne doit être présentée à:

l’Ambassade italienne, si l’intéressé vit à l’étranger;

la commune de résidence, si l’intéressé vit en Italie.


Nationalité par mariage

La nationalité italienne peut être accordée par mariage sous certaines conditions: le demandeur, étranger ou apatride, outre à être marié à un(e) citoyen(ne) italien(ne) doit attendre:

● 2 ans de résidence légale en Italie;

3 ans, si les époux résident à l’étranger. 

RAPPEL: Ces termes sont réduits de moitié, s’il y a des enfants nés ou adoptés par les conjoints.

 

Nationalité par résidence

La nationaité italienne peut être accordée à un étranger résidant légalement en Italie, depuis au moins:

■ 3 ans, s’il est né en Italie et son père ou sa mère ou l’un de ses ascendants de 2ème degré, sont nés italiens;

4 ans, s’il est citoyen UE et réside en Italie depuis au moins 4 ans;

5 ans, s’il a été adopté par des citoyens italiens et réside en Italie depuis au moins 5 ans après l’adoption;

5 ans, s’il a prêté service pour l’Etat italien, même à l’étranger;

10 ans, dans tous les autres cas.

LIBERIA: 820 gendarmes burkinabés, ivoiriens, ghanéens et nigérians pour sécuriser les élections

SOMALIE: L’AMISOM prolongée jusqu’au 31 octobre 2012