in

MOZAMBIQUE: Construire une entreprise en torréfiant l’arachide à la machine

Satisfaction d’une torréfaction!

Si vous voyagez à bord des avions longs couriiers de la compagnie nationale de transport aérien du Mozambique, ‘Linhas Aéreas de Moçambique, vous recevrez probablement de petits paquets oranges d’arachides à grignoter, au goût sucré, salé ou pimenté: au choix. Ce snack est appelé “Ndoiiim” (version abrégée de “amendoim” en portugais), qui signifie simplement arachides. Et c’est le “bébé” de Lucia Bebane, une entrepreneuse qui cherche une place pour sa petite société dans ce pays d’Afrique australe, malgré les conditions y difficiles pour les gens d’affaires.


L’histoire de Bebane est unique au Mozambique, où les petites et moyennes entreprises (PME) contribuent jusqu’à 70% du produit intérieur brut (PIB). Mais malgré cela, les PME dans le pays ne produisent pas beaucoup ou ne font pas de bénéfices importants.

L’Institut national de statistiques estime que le PIB par habitant du pays était seulement de 423 USD en 2010 contre les 10.700 USD de la voisine Afrique du Sud: presque 25 fois plus!

C’est un climat économique dans lequel beaucoup d’entreprises échouent. “C’est difficile de commencer quelque chose. Il existe quelques entrepreneurs dans ce pays, mais les Mozambicains ont tendance à imiter ce que font les autres“, déclare Bebane. Par exemple, les commerçantes qui sillonnent les rues de Maputo vendent toutes les mêmes arachides dans les mêmes sacs.

Il y a 3 ans, cette ancienne secrétaire de 54 ans voyait les commerçantes et avait l’idée de transformer l’arachide localement cultivée en un produit qui puisse rivaliser avec les meilleures sur le marché.

C’était presque impossible… parce que personne ne l’avait fait ici auparavant“, explique-t-elle pendant qu’un grille-arachide tourne bruyamment dans la petite usine située à l’extérieur de son bureau.

Bebane est la première personne au Mozambique à griller et à emballer des arachides à une échelle industrielle dans le pays. Alors que les vendeuses d’arachide grillent manuellement les noisettes et les emballent à la main, elle a été la première à importer des machines de torréfaction et d’emballage et à ainsi mécaniser tout le processus.

Le Mozambique est l’un des pays les plus pauvres au monde: plus de 54% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, selon le rapport du pays sur les Objectifs du millénaire pour le développement, adressé aux Nations Unies en 2010.

Quelques années après que son entreprise a démarré “timidement”, la production est maintenant presque entièrement mécanisée. Des arachides brutes sont transportées par camion depuis la ville de Nampula, dans le nord, qui est située à environ 1.400 kilomètres de Maputo.

Lorsque les arachides arrivent, les trois employés permanents de Bebane trient les meilleures. Une machine grille et assaisonne les arachides et une autre les emballe dans des sacs plastiques de couleur orange vif qui sont devenus une partie de sa marque désormais visible. Mais en dépit de la vente de ses arachides à la compagnie aérienne nationale, Bebane affirme qu’elle arrive encore à peine à payer les factures et attend de faire un bénéfice.

L’économie du Mozambique se développe, ce qui signifie qu’il y a plus de meilleures opportunités d’affaires. Toutefois, il n’existe pas une tradition entrepreneuriale dans les entreprises modernes formelles. Les entreprises ne sont pas généralement très modernisées et ne sont pas habituées à travailler dans des environnements concurrentiels. C’est pourquoi elles ne sont pas compétitives elles-mêmes“, explique João Mosca, un économiste à l’Université pédagogique nationale.

L’économie du Mozambique a enregistré une croissance énorme de 7,3% en 2011, mais les entreprises n’ont pas évolué avec elle.

 

ALGÉRIE: Peugeot commercialise les voitures pour handicapés

J.O. LONDRES 2012: Voici les espoirs ivoiriens