in

MALI: Le Président intérimaire Dioncounda Traoré menace les groupes armés du Nord

Le Mali décidé à… retrouver le Nord.

L’Union Africaine (UA) et la CEDEAO (Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest) soutiennent le président Dioncounda afin qu’il traduise ses menaces en actes et démanteler ces insurgés qui contrôlent actuellement le Nord du Mali.

Ex-président de l’Assemblée nationale, Dioncounda Traoré a prêté serment en qualité de président intérimaire du Mali, jeudi 12 avril, lors d’une cérémonie au Centre International de Conférence de Bamako.  Le chef de l’ex-junte, le capitaine Amadou Sanogo, en uniforme, était à ses côtés. Egalement présents: des représentants des institutions, des partis politiques et de la Société civile, ainsi que des membres de la médiation de la CEDEAO.

«Je jure devant Dieu et le peuple malien de préserver le régime républicain, de respecter et faire respecter la Constitution et l’intégrité du territoire du Mali», a lancé solennellement le nouveau chef de l’Etat, sur une estrade aux couleurs vert-jaune-rouge du drapeau malien.
Des mots qui ont une résonance particulière alors que le Mali traverse sa plus grave crise depuis la prise du Nord il y a moins de deux semaines par des groupes armés.
«J’ai conscience d’être président d’un pays en guerre», a déclaré M. Traoré, qui a appelé «avec insistance et avec fermeté les groupes armés à “entrer dans les rangs, à arrêter toutes ces exactions, ces pillages, ces viols, à quitter pacifiquement les cités qu’ils ont occupées. S’ils refusent, nous n’hésiterons pas à mener une guerre totale et implacable et à bouter hors de nos frontières tous ces envahisseurs porteurs de désolation et de misère, que sont Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) et ses “preneurs d’otages”, ainsi que tous ces trafiquants de drogue», a-t-il averti, promettant: «Nous ne négocierons jamais la partition du Mali», a-t-il promis.

M. Traoré doit nommer un Premier ministre doté de «pleins pouvoirs» et former un gouvernement d’«union nationale», auquel pourraient participer des membres de l’ancienne junte, selon la médiation.
En définitive l’UA et la CEDEAO devront soutenir le président Dioncounda Traoré, pour traduire ses menaces en actes et mettre hors d’état de nuire «les insurgés qui ont occupé anarchiquement le Nord du Mali».

LUTTE AU SIDA: Premier institut de recherche sur le Sida en Afrique

MALI: Salif Keïta à la tête de l’UAAPREM (Union des Associations d’Artistes, Producteurs et Editeurs du Mali )