in

MALI: Le grand cafouillage de la crise du pays

A quand la… “norMalisation”? 

Assiste-t-on à l’anéantissement de tous les efforts déployés par l’Algérie et des membres de la communauté internationale pour ramener la paix au Mali? Le dialogue inclusif inter-malien d’Alger est-il compromis devant un cessez-le-feu qui vole progressivement en éclats? La recrudescence des violences dans le Nord-Mali semble conforter toutes ces hypothèses. 

alt

De violents combats opposant les groupes politico-armés entre eux, ont de nouveau éclaté dans le Nord-Mali, où les terroristes islamistes ont repris du service et s’en sont encore pris, samedi 17 janvier matin, à un camp de l’ONU à Kidal, tuant un Casque bleu tchadien de la MINUSMA (Mission des Nations Unies pour la Stabilisation du Mali), selon différentes sources. Les affrontements se dérouleraint dans la zone de Tabancor tandis que des combats auraient toujours lieu dans la localité de Tabirchate, située entre Tabancor et Anefis.

Pour de nombreux médias maliens, connus pour leur opposition à tout dialogue avec les rebelles du Nord, ces nouvelles violences sont le résultat de velléités tribales. Elles opposent les groupes de la Coordination des mouvements de l’Azawad à leurs rivaux pro-Bamako.

Mais pour le MNLA, un des principaux membres de la Coordination des mouvements de l’Azawad, les combats en cours sont le fait d’attaques des forces armées pro-maliennes, qui se seraient aussi attaquées aux populations et auraient détroussé plusieurs commerçants. Ceci sans compter les destructions des biens matériels des partisans de la Coordination des mouvements de l’Azawad, affirme un communiqué sur le site du MNLA qui, avec ses alliés du HCUA (Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad), ainsi que ceux du MAA (Mouvement Arabe de l’Azawad), accusent ouvertement les autorités maliennes d’utiliser contre eux les milices pro-Bamako.

Parmi ces milices pro-gouvernementales, il y a surtout le GATIA (Groupe d’Autodéfense des Touaregs de l’Imghad et leurs Alliés), créé seulement depuis août, et qui fait fi de tout respect de l’accord de cessez-le-feu signé à Ouagadougou fin mai 2013. Depuis la création du GATIA, qui veut influer sur l’issue du dialogue inclusif inter-malien d’Alger, amorcé en juillet 2014, les positions du MNLA, du HCUA et du MAA ont été la cible de plusieurs attaques de la part de ce mouvement, même s’il nie entièrement sa responsabilité.

La Coordination des mouvements de l’Azawad «dénonce ouvertement la création, la formation, l’équipement et l’utilisation de milices armées par la partie malienne, en violation des dispositions de l’article 2 de l’accord sur les modalités de mise en œuvre du cessez-le-feu du 23 mai 2013, et constate ainsi le peu de respect que cette partie manifeste pour ses engagements». Ces violations répétitives du cessez-le-feu interviennent dans un contexte marqué par un gel du dialogue d’Alger, dont le 4ème round devait se dérouler début janvier afin de discuter de l’accord de base que la médiation algérienne a proposé, dans la perspective d’une conclusion définitive d’un accord de paix entre Bamako et les mouvements politico-armés du Nord-Mali.

Alors que le risque d’un échec de négociations de paix plane, les mouvements terroristes islamistes d’AQMI (Al-Qaïda au Maghreb Islamique), le MUJAO (Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest) et Ansar Eddine sont revenus à la charge depuis plusieurs semaines, en multipliant les attaques à la bombe et les embuscades contre les forces maliennes et les soldats de la MINUSMA.

Samedi matin, les terroristes ont attaqué un camp de la Minusma à Kidal, tuant un Casque bleu tchadien et blessant un autre. Les terroristes ont lancé un camion bourré d’explosifs vers une entrée du camp, «ensuite, ils ont attaqué. Les soldats de la Minusma ont riposté. C’est la première fois que les forces de la Minusma interviennent aussi énergiquement pour repousser une attaque»,  a déclaré une source de la MINUSMA, qui a fait état du tir de 10 obus lors de cet assaut sur ce camp. Présente au Mali depuis juillet 2013, la MINUSMA a été la cible de plusieurs attaques de la part des groupes djihadistes qui ont revendiqué leurs tueries.

Vendredi, la ville de Ténenkou a été attaquée, dans la région de Mopti, où l’armée malienne a riposté. Au moins deux militaires maliens y auraient été tués. Des médias maliens affirment que le leader d’Ansar Eddine, Cheikh Ag Moussa, s’apprêterait à lancer une vaste attaque contre la ville de Gao, qui a déjà été prise pour cible à maintes reprises par les groupes djihadistes depuis 2012.

L. M.

 

CAN 2015: La Zambie mène (1-0) sur la R.D. Congo (Vidéo)

CAN 2015: (Groupe C): Ghana-Sénégal (16h00 GMT), Algérie-Afrique (19h00 GMT)