in

LUCA ZAIA: Le gouverneur de la Région Veneto a relâché une phrase choquante anti-chinoise, déclenchant la polémique

Il presidente della Regione Veneto, Luca Zaia, ad una convention del Carroccio al PalaGeox di Padova, 10 febbraio 2020. ANSA/NICOLA FOSSELLA

Une controverse éclate autour d’une phrase du gouverneur de Vénétie Luca Zaia. Lors d’une interview sur la propagation du coronavirus, il a en effet déclaré: “Nous avons vu toutes les vidéos où des gens mangent des souris vivantes”.

Immédiate le dure réaction non seulement de la politique italienne mais aussi de l’ambassade de Chine, dont le porte-parole a ainsi répondu à l’attaque de Zaia: “Dans un moment crucial comme celui-ci, où la Chine et l’Italie se trouvent côte à côte face à l’épidémie, un homme politique italien n’a pas épargné la calomnie sur le peuple chinois. Ce sont des délits gratuits qui nous laissent sans fondement. Nous sommes consolés par le fait que de nombreux amis italiens ne sont pas d’accord avec de telles déclarations et les critiquent même vivement. Nous sommes convaincus que ces mots ne représentent en aucun cas le sentiment commun du peuple italien. Le peuple italien est un peuple civilisé et notre ami. Le nouveau coronavirus – a souligné l’ambassade de Chine à Rome – est un ennemi commun, qui nécessite une réponse commune. Dans une période aussi difficile, il est nécessaire de mettre de côté la fierté et les préjugés, et de renforcer la compréhension et la coopération afin de protéger la sécurité et la santé communes de l’ensemble de l’humanité“.
Dures réactions également de la politique italienne, notamment du coté du M5S (Mouvement 5 Etoiles).

La sénatrice et ancienne ministre de la santé Giulia Grillo a déclaré: “Je trouve les déclarations télévisées de Zaia sur le CoVid-19 et les Chinois, terriblement déplacées. En ce moment, il est essentiel de choisir soigneusement ses mots, car nous mettre les uns contre les autres ne servira à rien“.
Danilo Toninelli, ancien ministre des Infrastructures du premier gouvernement Conte (Lega – M5S), ne ratant pas l’occasion de prendre en quelque sorte sa revanche contre toutes les insultes reçues alors de la part de la Lega, s’est lui aussi exprimé sur le sujet: “D’abord le gouverneur de la Lombardie, Attilio Fontana, avec la mise en scène du masque anti-infection. Maintenant, Zaia avec l’histoire des mangeurs de souris chinois. Quand on ne peut pas s’empêcher de donner des verges pour fouetter notre pays et de nous mettre dans une mauvaise posture, dans un moment déjà délicat. Félicitations. Entre autres choses, nous avons renforcé nos relations commerciales avec la Chine grâce à notre accord avec la Route de la soie, alors évitons de marquer des buts stupides contre notre propre camp“.

Lui a fait écho le leader politique des M5S, Vito Crimi: “Les paroles sordides adressées par le gouverneur de Vénétie Luca Zaia aux Chinois sont imprégnées d’un racisme répugnant, qui ne nous appartient pas. Hier, Fontana, aujourd’hui, Zaia. Combien de milliards de dommages valent la sortie honteuse du gouverneur de la Vénétie et le spectacle en direct non coordonné sur Facebook avec le masque anti-contagion du gouverneur de la Lombardie“.

De son côté, Zaia a tenté de se rattraper en s’excusant: “Je suis désolé que quelqu’un ait monté une controverse à ce sujet, je n’ai jamais dit que les Chinois ne se lavaient pas. Et je m’excuse, si j’ai blessé quelqu’un, aussi pour les relations personnelles, connues et témoignées que j’ai avec la communauté chinoise“.

CORONAVIRUS – Recette OMS pour un désinfectant à faire soi-même: comment le fabriquer

CONGÉS DE MALADIE – Ce que peut faire et ne peut pas faire le travailleur malade en Italie: 1) Durée de la maladie – Obligation de déclaration