in

Ligue : Examen d’italien pour des immigrés qui ouvrent une activité commerciale

La proposition est du député Silvana Comaroli. Rome, 29 Juillet 2010. Un Test d’italien pour les étrangers qui veulent ouvrir un magasin en Italie et un stop aux écrites multiethniques sur les boutiques. La Ligue essaye encore et présente une proposition de loi pour faire de sorte que pour obtenir la licence pour ouvrir un exercise commercial, les extracommunautaires doivent montrer d’être en mesure de parler au moins un peu l’italien. C’est la même proposition que les membres de la Ligue avaient prévu dans un amendement au décret stimules et déclarée inadmissibile. Maintenant arrive une proposition de loi à signature de la même Ligue qui avait présenté l’amendement, Silvana Comaroli.

” La présence de comunnautés multiethniques qui vivent et travaillent habituellement dans nos territoires, ont subi pendant des années un accroissement tel à faire émerger la necessité d’adopter de nouveaux moyens pour favoriser une plus solide et durable coexistence entre les différentes cultures et traditions”. ” La proposition de loi à l’étude vraiment pour défendre la santé des consommateurs et assurer un niveau minimum et uniforme des conditions et d’accessibilité aux biens et services sur le territoire national, il institute l’obligation d’un examen de base de langue italienne pour les citoyens étrangers qui veulent ouvrir une attivité commerciale en Italie, en prévoyant aussi que la pose des enseignes extérieures à l’exercise même soit conditionné par l’emploie d’une des langues officielles des Pays appartenants à l’Union européenne ou bien le dialect local”.

” Le gérant d’un négoce ouvert aupublic doit être capable de léger et de comprendre l’italien pour pouvoir appliquer, par exemple, les règles hygiénique-sanitaires de base ou bien pour pouvoir prêter une moindre assistance à ses clients. Cette exigence est  encore plus senti là où les exercises commerciaux fournissent aux publics des aliments et des boissons. Dans ce secteur, en effet la correcte connaissance de l’italien se rend encore plus nécessaire même pour défendre ces consommateurs qui, en souffrant de particuliéres pathologies, pourraient involontairement consommer les produits”.

 

La Gambia et l’Italie signent un accord sur l’immigration

France : D’ici trois mois via la moitié des camps Rom illégaux