in

LIBYE: Zuma met en garde l’OTAN contre l’assassinat de Kadhafi

Enfin quelques réactions plus audacieuses de l’Union Africaine?

Le président sud-africain, Jacob Zuma, a mis en garde l’OTAN contre l’assassinat du guide libyen Mouammar Kadhafi, alors que l’Alliance Atlantique continue ses bombardements aériens sur Tripoli et sa banlieue.

 

M. Zuma a dit que la résolution de l’ONU qui autorisait l’action de l’OTAN en Libye visait à protéger le peuple libyen, non de procéder à “un changement de régime ou un assassinat politique“.

 

Le ministère sud-africain de la Coopération et des Relations internationales a indiqué que M. Zuma et ses pairs de la Mauritanie, de l’Ouganda et du Mali, mais aussi le ministre des Affaires étrangères du Congo-Brazzavile oeuvrent en faveur d’un cessez-le-feu, pour apporter de l’aide humanitaire, protéger les ressortissants étrangers et apporter les réformes “nécessaires pour l’élimination des causes de la crise actuelle“.

 

Par ailleurs, les dirigeants africains ont appelé à une solution africaine pour mettre fin à la tourmente en Libye qui a créé de profondes divisions entre le continent et l’OTAN.

Sur le terrain, il existe une impasse militaire qui ne peut et ne doit pas durer, à cause de son coût horrible en vies civiles et de son potentiel de déstabilisation de l’ensemble de la sous-région. La poursuite des bombardements de l’OTAN et de ses alliés est une préoccupation soulevée par notre comité et par l’UA car l’objectif de la résolution 1973 était de protéger le peuple libyen et faciliter l’effort humanitaire“, ont fait savoir les dirigeants africains, qui ont accueilli avec satisfaction la décision de Kadhafi de rester à l’écart des négociations, ce qui apparaît comme une concession.

 

Le procureur, Luis Moreno-Ocampo, a entre.temps lancé un mandat d’arret international contre Mouammar Kadhafi, son fils, Saïf al-Islam et son beau-frère Abdullah al-Sanussi, pour  crimes contre l’humanité.

 

Ismail Ali

 

MICHELLE OBAMA: Visite en Afrique

SYLVAIN KALAMBA NSAPO: “Fatigué d’être Africain?”