in

LIBYE – FRANCE: Les relations polémiques entre l’Elysée et le régime libyen depuis 2007

Un coup à la “Libye-do” politique de Sarko?

La publication par le site Mediapart samedi 28 avril 2012 d’un article sur le soutien financier présumé de la Libye de Mouammar Kadhafi à Nicolas Sarkozy lors de sa campagne présidentielle de 2007, est le dernier épisode des diverses polémiques entre la France et la Libye.


De l’affaire dite «des infirmières bulgares» en juillet 2007 à la visite controversée de Mouammar Kadhafi à Paris fin 2007, en passant par la position de leader de la France dans l’intervention en Libye en 2011, retour sur les principales polémiques entre les deux pays depuis 2007.

Depuis la dernière élection présidentielle, les relations entre l’Elysée et le régime libyen ont souvent provoqué la polémique en France.

Premier épisode en date, l’affaire dite «des infirmières bulgares» détenues en Libye pendant plusieurs années et dont la France réussit à négocier la libération en juillet 2007. C’est l’épouse de Nicolas Sarkozy, Cécilia, qui les ramène à bord de l’avion présidentiel. Les images sont fortes.

Deuxième épisode, que certains ont interprété comme un renvoi d’ascenseur de la France à la Libye : Mouammar Kadhafi est reçu à Paris par le président Sarkozy à la fin de l’année 2007. Cette visite provoque des réactions indignées dans la classe politique où de nombreux responsables s’émeuvent de voir un dictateur soupçonné de terrorisme reçu en grande pompe et même autorisé à installer sa tente bédouine dans la cour de l’hôtel Marigny proche de l’Elysée. Rama Yade elle-même, alors secrétaire d’Etat aux droits de l’homme du gouvernement, s’indigne et critique cette visite avec des mots très durs.

Troisième épisode, la France prend la tête de la coalition internationale qui lance une intervention militaire en 2011 pour soutenir les rebelles libyens en lutte contre le colonel Kadhafi. La normalisation des relations avec le régime libyen n’est plus à l’ordre du jour.

Dernier épisode, la publication sur Mediapart, samedi 28 avril 2012, d’un article intitulé « Sarkozy-Kadhafi : la preuve du financement ». Dès la mise en ligne de l’article, le directeur éditorial de Mediapart, François Bonnet, avait évoqué dans un éditorial le montant de 50 millions, écrivant : « au vu du montant cité par ce document, 50 millions d’euros, il ne s’agit plus seulement de soupçons de financement politique (le plafond autorisé des dépenses de campagne pour la présidentielle est de 22 millions d’euros par candidat) mais, peut-être, d’enrichissement privé des protagonistes. »

Après publication, l’UMP n’a pas retenu ses coups, à l’image de François Fillon qui s’est dit “certain que le document est faux parce que j’ai vécu la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, je sais qu’on avait pas 50 millions d’euros”.

Dans la foulée de son Premier ministre, Nicolas Sarkozy a dû réagir et a annoncé son intention de porter plainte contre Mediapart: “J’ai honte pour l’AFP d’avoir fait une alerte sur un document faux, la campagne électorale ne justifie pas tout“.

Certes que Mediapart à part, si vraiment Kadhafi a financé la campagne presidentielle 2007 de Sarkozy, qui l’a ensuite bombardé, il n’y a aucun adjectif qualificatif.

 

BURKINA FASO: Kunde 2012 – Eugene Kounker en or

SÉNÉGAL: Journée internationale de la danse – Youssou Ndour mise sur l’art pour vendre le pays