in

LIBYE: Amnesty International: Migrants et réfugiés menacés par les politiques de l’Italie et de l’UE

Mesures de protection insuffisantes pour ceux qui fuient la Libye.

On parle d’afflux massif, même si seulement 2% de ceux qui ont fui la Libye sont arrivés en Europe. L’entente entre Rome et les rebelles n’est pas différente de celle signée avec Kadhafi“.

C’est la dénonce d’Amnesty International, dans le rapport “La bataille pour la Libye:. Assassinats, les disparitions et tortures“, basé essentiellement sur des recherches effectuées par l’organisation humanitaire en Libye, entre le 26 février 26 et le 28 mai 2011, et qui ont impliqué, entre autres, les villes d’Al-Bayda, Ajdabiya, Brega, Benghazi, Misurata et Ras Lanouf.

Quant à l’Italie et l’Union Européenne, Amnesty International souligne que, depuis le début de la révolte en Libye, beaucoup de gens ont dû affronter des traversées dangereuses, parfois mortelles, à travers la Méditerranée vers les côtes de l’Europe.

Bien qu’ayant reçu à peine 2% des demandeurs d’asile, réfugiés et immigrés ayant fui la Libye, les Etats de l’UE n’ont pas hésité à parler d’un «afflux massif», causé par l’instabilité en Afrique du Nord et ont  continué à appliquer des politiques de contrôle des frontières, au détriment des droits humains.

Selon l’organisation humanitaire, les Etats de l’UE et l’OTAN n’ont pas adopté toutes les mesures nécessaires à garantir aux civils en fuite de la Libye, bien que la protection des civils eut été la raison déclarée de l’intervention de l’OTAN en Libye.

Depuis Mars 2011, on estime qu’au moins 1500 personnes sont mortes en mer.


Elvio Pasca

YES, YOU…KAHN!

CAMEROUN: Paul Biya répond à Sarkozy, Obama et Cameron