in

Le député européen Gianluca Buonanno (Lega Nord) condamné pour discrimination contre les Gitans

Le parlementaire européen a été puni pour les insultes proférées, au cours de l’émission “Piazza Pulita” sur la chaîne “La7”. Le tribunal de Milano a donné raison aux associations NAGA et ASGI (Association pour les Etudes Juridiques sur l’Immigration)«ces mots créent un climat d’intimidation, hostile et dégradant». 

Gianluca Buonanno avait répété quatre fois, au cas où quelqu’un n’avait pas compris: «Les Roms sont la merde de la société». Devant les caméras, invité de l’émission “Piazza Pulita” sur la chaîne“La7”, il y a un peu plus d’un an, il avait insulté tout un peuple. Et bien, le 19 avril, un juge l’a condamné pour harcèlements et discriminations. 

Le parlementaire européen de la Lega Nord avait été traduit en justice par deux associations anti-racistes, NAGA et ASGI, qui ont présenté un recours contre ses paroles, rappelant que la loi (décret-loi no. 215/2003) interdit et considère discriminations «même les harcèlements, c’est-à-dire ces comportements indésirables, pour des raisons de race ou d’origine ethnique, violant la dignité d’une personne et créant un climat d’intimidations, hostile, dégradant, humiliant et offensif». 

Cette thèse a été pleinement accueillie par le juge Anna Cattaneo qui, dans son verdict, a en effet écrit que définir les gitans Roms “la merde de la société”, est «non seulement très offensif et lèse la dignité des destinataires de l’insulte», mais est aussi «incontestablement discriminatoire»

Cette expression transmet «l’idée négative que les Roms sont le “pire de la société” et donc, en tant que tels représentent une menace», en violation des principes d’égalité consacré établis par la Constitution. 

Buonanno n’a pas pu se sauver avec l’immunité reconnue aux députés européens dans l’exercice de leurs fonctions, du moment que rien ne prouve qu’au cours de l’émission “Piazza Pulita”, il exerçait son activité de parlementaire. On ne lui a même pas reconnu les circonstances atténuantes pour l’atmosphère surchauffée de l’émission, du moment que les tempéraments s’étaient enflammés à cause justement des insultes qu’il avait lui-même proférées (et pour lesquels, il n’avait d’ailleurs pas voulu présenter des excuses, en dépit des sollicitations du présentateur Formigli). 

Le parlementaire de la Lega Nord a été condamné à payer à NAGA et ASGI, 6.000 euros de dommages-intérêts, en plus des frais juridiques engagés par les requérants. En outre, il devra publier, à ses propres frais, le verdict du juge dans le quotidien “Corriere della Sera” (le plus diffusé en Italie), «en doubles caractères et dans un format approprié pour assurer une publicité adéquate»

NAGA et ASGI, représentés par les avocats Alberto Guariso, Livio Neri et Mara Marzolla, ont naturellement exprimé leur satisfaction, non sans manquer d’afficher leur préoccupations vis-à-vis de la diffusion des discours empreints de haine, mais soulignant que «notre travail montre que nous pouvons et devons continuer à lutter contre ces violations».

Le président américain Barack Obama dans des pas de “lipala dance”, au Kenya (Vidéo)

Qui selon vous est plus adapté à vendre des hot-dogs?