in

CHRISTIANISME: Rencontre historique entre Pape François et le patriarche orthodoxe Tawadros II, au Vatican

Rencontre “Christ…alline”! 

Une rencontre historique a lieu, vendredi 10 mai au Vatican, entre le pape François et le patriarche de l’Église copte orthodoxe Tawadros II. La dernière rencontre de ce type remonte à 40 ans, du temps des papes Paul VI et Chénoudah III. Une prière commune est prévue entre les chefs des deux rites.

altLe fait que le patriarche de l’Église d’Alexandrie consacre son premier voyage à l’étranger au Vatican est révélateur de la volonté du nouveau pape copte orthodoxe de tourner une page. Son prédécesseur Chénoudah III avait rejeté comme une ingérence étrangère les propos de Benoît XVI dénonçant en 2011 les violences dont étaient victimes les chrétiens d’Orient.

C’est un rapprochement avec Rome que prône aujourd’hui le chef de la plus grande communauté chrétienne du Proche-Orient, avec 10 millions de fidèles en Égypte et 2 millions à l’étranger. Un rapprochement qui pourrait se traduire par une plus grande coopération entre catholiques et orthodoxes d’Égypte.

Contrairement à son prédécesseur, le 118e héritier du trône de Saint Marc n’est pas sans critiques à l’égard du pouvoir égyptien dominé par les Frères musulmans. En avril, la cathédrale Saint-Marc, siège de la papauté copte orthodoxe au Caire, a été impunément attaquée par des militants islamistes et arrosée de grenades lacrymogènes par la police.

Un événement sans précédent, qui est resté impuni comme toutes les agressions subies par les chrétiens. Cette situation n’a fait qu’empirer depuis l’arrivée des Frères musulmans au pouvoir début 2012. Il ne se passe plus une semaine sans qu’un chrétien ne soit poursuivi pour mépris de l’Islam, qu’une église ne soit agressée, que des chrétiens ne soient expulsés de leur village, que leurs maisons ne soient brûlées, ou qu’ils soient tout simplement tués.

À ces violences, il faut rajouter la ségrégation au quotidien et le discours anti-chrétien que diffusent systématiquement les chaînes de télévision islamistes. La dernière fatwa des Ikhwan était l’interdiction aux musulmans de souhaiter une bonne fête aux chrétiens d’Égypte, dont la Pâques était dimanche passé. Résultat: de plus en plus de chrétiens émigrent. Selon des chiffres fournis par l’Église, ils auraient été 100 000 à fuir l’Égypte.

GABON: Pour une loi sur les crimes rituels

BOB MARLEY: 32 ans après sa mort, la pensée politique du Prophète du reggae reste toujours d’actualité