in

LAYLA YUSUF – Manager italo-somalienne candidate aux élections européennes

Manager italo-somalienne, Layla Yusuf, est candidate aux Elections Européennes, dans la circonscription du Nord-Est pour “+Europa”. Symbole d’un changement progressif pour les nouveaux Italiens qui participent et aspirent à participer à la vie politique de leur pays.

 

«Dans un supermarché de Modène, je m’adresse à la caissière pour demander des informations, elle me répond en déclinant tous les verbes à l’infini, alors je lui explique que je suis italienne et que je connais et donc comprends la langue de mon pays. Que s’est-il passé? Simplement, la caissière s’était basée sur la couleur de ma peau. Je m’appelle Layla Yusuf et je suis née en Somalie. Je suis arrivé en Italie en 1991, après m’être réfugié pendant un an avec ma famille au Kenya. Nous fumes forcés de fuir la Somalie à cause de la guerre civile. Pendant trois ans, grâce à une bourse, j’ai mené des recherches à l’Université de Padoue, dans le département de Chimie analytique instrumentale. Mes recherches ont porté sur l’identification des hydrocarbures aromatiques polynucléaires, liés à la pollution des pots d’échappement à travers le HPLC. Comme on le dit, “pas mal de trucs”».

Elle est candidate au Collège Nord-Est pour le Championnat d’Europe avec “+Europa”, et elle se présente ainsi: «Je m’appelle Layla Yusuf, je vis comme toi à Bagnolo, je vis dans la zone de Valle Fiorita, je travaille ici et ici, j’ai élevé ma fille Muna. Depuis des années, je m’occupe de commerce et développement international entre l’Italie, l’Afrique et la Chine. Je parle couramment italien, anglais et arabe. J’ai toujours milité pour les droits des femmes, je lutte pour qu’aucune femme ne subisse plus de violence et pour l’émancipation économique et sociale».

«Je ne cherche pas l’argent ou le pouvoir, je suis candidate pour vous représenter au Parlement Européen parce que je dois beaucoup à l’Italie et à Bagnolo, qui m’ont accueillie et parce que j’en ai marre de cette politique pleine de haine et de slogans haineux. Je pense vraiment qu’avec une Europe meilleure et différente, nous pouvons tous nous sentir mieux». 

Ce qui frappe le plus, ce n’est pas son curriculum-vitae hurle, mais le fait que finalement: 

– malgré la tentative du gouvernement de freiner le changement avec des pieux supplémentaires sur l’acquisition de la nationalité pour les citoyens étrangers;  

– pour la première fois, il y a plusieurs candidats de première et de deuxième génération aux élections européennes et locales. Des gens qui sont simplement nés ou ont grandi en Italie et qu’on s’obstine à appeler “nouveaux Italiens” parce qu’on ne trouve jamais le terme juste pour les définir en synthèse. Layla Yusuf est membre du Parti démocrate depuis des années, carte en poche; et maintenant, elle a choisi “+Europa” pour diverses raisons.

«Ce fut une déception à la fois pour la mom promulgation de la loi du “ius soli” et pour l’échec de l’abrogation de la Loi Bossi-Fini. Trop de veto internes du PD (Parti Démocrate) nous empêchaient d’aller de l’avant et moi, ça me trouble de rester immobile. J’ai également adhéré avec conviction à l’idée des États-Unis d’Europe, mais surtout les droits civils me sont à coeur. Il ne s’agit pas seulement de la campagne “Ero Straniero” (J’étais Etranger) que j’ai menée en tant qu’étranger pour aider les migrants qui se sont intégrés à surmonter la précarité: j’ai choisi “+Europa” parce qu’ils sont plus attentifs aux droits civils qui, en ce moment, doivent être plus que jamais défendus. En outre, en tant que manager, je partage également la perspective économique libérale de “+Europa”».

 

CHI E’ LAYLA YUSUF? 

Qui est Layla Yusuf? On le comprend en regardant une vidéo de quelques secondes dans laquelle sont présentés les candidats de son collège électoral. Au début, elle se montre hésitante, avec un foulard africain sur la tête qui lui a été donné pour souligner son identité, ou mieux ses origines. Sourcils froncés pour une fraction de seconde jusqu’à ce qu’elle décide d’enlever son turban et de secouer la tête pour dénouer ses cheveux. Avec une expression soulagée, elle met ses lunettes et fixe la caméra avec un sourire béat. L’image de la liberté. Voici Layla Yusuf. Regardez-la. 

«Avec un groupe d’amis et de professionnels, nous avons fondé le groupe “+Europa” à Reggio Emilia. Au début, nous étions douze, comme les apôtres”, rit-elle, “Puis sont arrivés d’autres déçis du PD et du M5S (Mouvement 5 Etoiles). Aujourd’hui, je suis la coordinatrice provinciale et, après le congrès, également membre de l’Assemblée nationale. Sur 5 collèges, il y a trois candidats d’origine étrangère. Il me semble que c’est un pas en avant. L’Europe doit unifier les règles de la citoyenneté parce que nous sommes italiens et fils de l’Europe. Quoi qu’il en soit, j’ai à cœur les droits de toutes les minorités. Comme je le rappelle souvent, j’ai toujours été une militante des droits des femmes, je lutte pour qu’aucune femme ne subisse plus de violence et pour l’émancipation économique et sociale. Par mon témoignage, je veux faire germer des idées et être un exemple pour de nombreux migrants restés dans l’ombre. Nous ne pouvons plus rester les bras croisés et subir les tensions sociales, les campagnes de haine. Nous devons agir et j’espère que mon témoignage pourra être utile».

Et le foulard? Elle l’a enlevée, explique-t-il en riant, parce que c’était absurde de la porter. «Je ne l’ai jamais porté en Somalie, on ne peut pas comprendre pourquoi je devais le porter maintenant pour une campagne électorale et adopter des stéréotypes. Plus d’Europe, plus de travail, plus d’égalité sexuelle, plus de libre-échange, plus d’Erasmus pour les jeunes, plus d’étrangers qui peuvent devenir italiens même théoriquement».

Le programme de Layla Yusuf est une longue séquence de “plus”.

ASILE EN FRANCE (14) – L’hébergement du demandeur d’asile

ITALIE – Les migrants du navire de l’ONG Sea Watch 3 débarquent, Salvini se fâche en direct à la télévision