in

KENYA: Deuil de 3 jours après la mort du ministre de la sécurité intérieure George Saitoti

En attendant que l’épave “crash” sa vérité…?

L’hélicoptère dans lequel le ministre kenyan de la Sécurité intérieure voyageait, avec 5 personnes dont son ministre délégué, s’est écrasé dans la forêt de Kibikou près de Nairobi, le 11 juin.


George Saitoti, vétéran de la scène politique kenyane, avait 66 ans. Il était en charge du dossier hyper-sensible de la lutte contre la menace terroriste islamiste, et s’apprêtait à briguer la prochaine présidentielle au Kenya. Un triste jour pour le Kenya, comme le relèvent les médias du pays. Les messages de condoléances, affluent, de l’intérieur, mais aussi de l’étranger.

Ce crash d’hélicoptère survient 4 ans jour pour jour après le crash à Narok d’un avion qui transportait deux ministres kenyans, Kipkalya Kones et Lorna Chepkemoi Laboso. La météo était similaire, un ciel nuageux et gris avec du brouillard. “Pourquoi le 10 juin est un jour noir pour le Kenya?“, titre le journal Le Standard.

La triste coïncidence a été soulignée dans tous les médias, où les messages de condoléances se multiplient. Le président Mwai Kibaki a déclaré que le décès du ministre et de son adjoint étaient une grande perte pour le pays. Le Premier ministre Raila Odinga a, lui, annulé tous ses rendez-vous et déplacements de la journée pour se rendre sur les lieux du crash.

Le vice-président Kalonzo Musyoka, ainsi que d’autres personnalités politiques telles que, Uhuru Kenyatta, William Ruto, Raphaël Tuju, ont tous fait part de leur choc en apprenant la nouvelle.

Mais les condoléances ne se limitent pas au Kenya. Le Premier ministre britannique William Hague, mais aussi Kofi Annan au nom du panel des éminentes personnalités africaines, se sont exprimés.

Le président Mwai Kibaki a déclaré 3 jours de deuil dans le pays, le drapeau sera érigé seulement à moitié durant cette période. Il a également convoqué une réunion exceptionnelle des ministres ce lundi, au centre de conférence internationale à Nairobi.

George Saitoti était un responsable clé de la lutte contre les islamistes shebabs somaliens. Sur leur compte Twitter, les shebabs se félicitent de sa mort, mais ils ne revendiquent aucune responsabilité dans ce crash. Un crash dont on ignore pour l’instant les causes. Le Premier ministre Raila Odinga promet une enquete poussée.

Certains commentateurs écrivent que George Saitoti avait autant de vies que les chats, il est toujours parvenu à revenir en politique même quand tout le monde le considérait fini. Il était vu comme un politicien assez énigmatique, ne donnant que très peu d’interviews aux médias, et peu charismatique par rapport à d’autres collègues lorsqu’il s’agissait de s’adresser aux foules.

Il avait annoncé sa candidature à la présidentielle en septembre 2011. Ses longs états de service dans l’ancien parti unique et parti présidentiel, Kanu lui avait assuré un réseau de soutiens important et sa richesse lui garantissait une campagne confortable. Sa force était que de par ses origines, il pouvait attirer le vote Maasai, Kalenjin, mais également Kikuyu, soit la vallée du Rift et la province centrale réunie pour faire face à Raila Odinga, dont la base électorale est principalement Luo.

Cependant son passé lui donnait autant de force que de handicaps. Son implication dans le scandale Goldenberg (600 millions USD détournés dans le cadre d’exportation fictives d’or et de diamant), continuait à lui coller à la peau. Sa longévité exceptionnelle en politique le faisait également difficilement passer pour l’homme du changement et des réformes.

Sa mort redistribue les cartes avant l’élection, pour Uhuru Kenyatta, accusé de crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale mais qui a annoncé sa candidature et son nouveau parti au début du mois du juin, ainsi que pour Musalia Mudavadi, Premier ministre adjoint et ancien allié de Raila Odinga.

 

 

PAPA WEMBA: La star RD-congolaise prépare le 35éme anniversaire de “Viva La Musica”

JOURNEE DE L’ENFANT AFRICAIN: Célébration du 13 au 16 juin prochain