in ,

KADER DIABATE: Le migrant activiste ivoirien qui ouvre les esprits en Italie

Arrivé de Côte d’Ivoire, il y a 3 ans, Kader Diabaté a aujourd’hui 20 ans et, après avoir rencontré le Pape et être devenu Ambassadeur de l’UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’Enfance), il tourne dans les écoles du Sud de l’Italie pour rencontrer les jeunes. 

 

“Je suis parti parce que j’avais un rêve à réaliser”, déclare Kader Diabaté: 13 frères, parents instruits, sensibles, ouverts. Il a quitté la Côte d’Ivoire il y a 3 ans à la recherche d’un pays qui lui permettrait de croire qu’il pouvait changer le monde. À l’âge de 13 ans, il a commencé à militer. Son oncle, professeur de philosophie, a mis le feu à son adolescence avec des livres de Marx, Kant, Nietzsche. Il aime jouer au football, lire les biographies, écouter la musique reggae. Les mots clés de notre conversation ont été nombreux: mission, sens de la vie, droits de l’homme, révolution culturelle, protection, intégration. 

Kader Diabaté débarque à Reggio de Calabre en octobre 2016, vivant “la pire expérience qui puisse arriver dans la vie d’un être humain. Physiquement, mentalement et psychologiquement. Il a débarqué avec la gale, comme beaucoup d’autres voyageurs. Peu après, il est arrivé à Camini, un petit bourg de la Calabre de 100 habitants, qui  s’est fait connaître dans le monde entier pour avoir expérimenté, avec Riace, un modèle d’accueil des migrants parmi les plus réussis.  

Grâce à la coopérative sociale Eurocoop Jungi Mundu (qui signifie “Unis-toi au Monde”) qui gère le SPRAR (Système de Protection des Demandeurs d’Asile et des Réfugiés), le maire de Camini, Giuseppe Alfarano, a essayé l’entreprise révolutionnaire de repeupler le pays en ouvrant les portes aux réfugiés et aux migrants, à la recherche d’un coin sûr ressemblant autant que possible à une maison. Et surtout, ayant la même chaleur et la même protection. 

L’esprit de ce projet est le même que celui d’une famille qui accueille sans juger et sans réserve, avec la seule intention de se reconnaître dans un lien. Plus qu’un système ou un modèle, on pourrait peut-être le définir comme une façon de repenser l’existence. Un moyen qui génère du travail pour le travail, qui porte la confrontation et l’échange et réinvente le malaise dans une nouvelle clé de gratuité.

Dans ce petit bourg, Kader a rencontré les justes personnes: pour son rêve et pour toute sa vie. Elles lui ont garanti une bonne assistance juridique pour obtenir une protection internationale, l’ont aidé dans son parcours d’alphabétisation et lui ont permis d’apprendre l’italien en un temps très court. Il est entré au Centre Provincial d’Education des Adultes et a pu acquérir tous les outils pour continuer à étudier, pour approfondir ses connaissances chaque jour. 

J’ai vite compris que les droits fondamentaux étaient toujours bafoués par le pouvoir. Et j’ai commencé à me rebeller“, dit Kader. 

En Cote d’Ivoire déjà, encore mineur, il avait participé à des réunions municipales, à des émissions de radio et à des journaux locaux. Il a passé une journée en prison pour avoir escaladé un tronc d’arbre et essayé d’ouvrir l’esprit des jeunes Africains. 

Une de ses amies a soudainement cessé d’aller à l’école, et fut donnée en mariage, à l’âge de 14 ans contre son gré, pour qu’elle fasse des enfants avant qu’un mari inconnu ne fut déporté en Europe. C’est à ce moment que Kader se souvient avoir décidé d’élever la voix, de mener la première d’une série de combats qui auraient empêché d’autres filles de vivre la même impuissance déchirante. 

De Camini, la route a été pleine de rencontres, de silences, d’objectifs et d’efforts, de peurs et de récits. 

La vie l’a amené aujourd’hui à vivre à Corato (Bari), placé sous les soins de Daniela Maggiulli, professeur d’anglais qu’il a rencontrée à Camini, avec un tempérament fort et vital, qui l’a accueilli sans réserve en soutenant toutes ses intentions, y compris son combat.

Egalement grâce à elle, à son soutien quotidien, Kader est devenu Ambassadrice de l’UNICEF et s’est récemment rendue aux Nations Unies à Genève pour exprimer les opinions de 4.000 enfants et migrants rassemblés à travers U-Report, l’outil de messagerie sociale de l’UNICEF pour les jeunes. Peu avant sa visite, avec 200 autres réfugiés et jeunes migrants, il a pris la parole au Forum Mondial de la Migration à Marrakech et leurs questions ont été incluses dans le Pacte Mondial pour la Migration, un engagement concret pour la protection et l’engagement des enfants et des jeunes de 164 pays. 

“Si quelqu’un n’avait pas perdu la vie pour certains droits, ces droits ne seraient pas si importants aujourd’hui, ils ne seraient pas reconnus”, déclare Kader Diabaté.

Pour cela également, Kader tourne dans les écoles du Sud de l’Italie, parce que “pour défendre les droits, il faut les connaître, et pour les connaître il faut les étudier”. Il apprend aux enfants à lutter pour un idéal juste, pour un droit qui concerne chaque être humain, pour un accueil qui soit une valeur. Parce qu’une vie sociale saine n’est possible que lorsque toute la communauté trouve son reflet dans l’âme de chacun. Et parce que la vie de chacun appartient à la communauté.

Il s’apprête à inaugurer une bibliothèque dans sa ville en Côte d’Ivoire, Man, grâce au partenariat avec les “Presidi del Libro della Puglia” (Bastions du Livre de la Région des Pouilles) et avec ses amis ivoiriens à Man et avec ceux qui, comme lui, ont affronté le voyage et qui sont actuellement accueillis dans d’autres régions italiennes, il a fondé en 2016, une association appelée Génération Consciente. Parmi les premiers projets en préparation figure un Forum International sur l’Ethique de la Paix en Côte d’Ivoire, avec 400 jeunes du monde entier, 5 chefs d’État et plusieurs ministres. Les résultats obtenus par cette grande rencontre interculturelle seront rassemblés dans des livres blancs qui arriveront dans les mains des Nations Unies, comme contribution à l’évolution culturelle de la jeunesse.

 

Il y a quelques mois, il a rencontré le Pape: un colloque important, vécu avec une grande responsabilité et émotion.

Kader ne fait rien de ce que font ses pairs. Il sort rarement avec ses amis, ne va pas en discothèque, pas de cinéma ni de soirées à traîner devant les bars. S’il choisit un film, il préfère plonger dans l’histoire de l’Italie, l’évolution de la technologie, le développement de la psychologie relationnelle. Pas de place pour les chichis et les frivolités, pas de perte de temps.

Son ambition est de devenir médiateur culturel, sûr de choisir un métier qui lui garantisse chaque jour une satisfaction personnelle et humaine, ainsi que simplement économique.

Sur le fait de savoir s’il ne serait pas trop exigeant de vivre une vie aussi austère pour ses 20 ans, qui ont aussi besoin de légèreté, Kader répondit en souriant: “Il le faut”. 

En octobre, la maison d’éditions Laterza publiera son premier livre, écrit à quatre mains avec Giancarlo Visitilli, journaliste du quotidien national italie “La Repubblica” et professeur d’italien. Le titre est “La peau où j’habite”.

Kader a écrit les 200 premières pages à la main lorsqu’il vivait à Camini: “L’une des premières choses que j’ai demandées à la coopérative était du papier et un stylo”. Parce que pour entamer un changement, il est nécessaire de tourner le regard et sa manière de raconter, tout comme de vivre, est l’exhortation la plus naturelle et spontanée.

Quand à la question: “Où vois-tu ton futur, Kader?”, la réponse est: “Dans le monde”.

Marilu Ardillo

 

Comments

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Loading…

Comments

comments

ARTS TOGETHER: A Roma, la restituzione dei risultati di un progetto che ha unito 5 paesi europei per lo sviluppo educativo dei bambini migranti

Prescription du “bollo auto” 2019 en Italie: comment et quand ça marche?