in

JEUX DE HASARD: Réglementation et harmonisation des loteries d’etat africaines

Attention à la tentation! Ça fait venir “lot”… à la bouche!

L’Association Africaine des Loteries d’État (AALE) a réuni ses cadres à Ouagadougou, pour un séminaire sur «la législation et la réglementation des jeux de hasard». A la clôture des travaux, les disparités entre les textes et les vides juridiques constatés ont conduit à la recommandation d’une harmonisation de ceux-ci dans les pays membres de l’organisation.

Les rideaux du séminaire sur la réglementation et la législation des jeux de hasard sont tombés, le mardi 13 aout, à Palace Hôtel à Ouagadougou.

C’est dans le cadre de ses activités et pour ne pas perdre et/ou pour acquérir le monopole dans les jeux de chance que les cadres des loteries membres de l’AALE s’étaient retrouvés, dans la capitale burkinabé, pour parler textes réglementaires.

Comme l’avait présagé le secrétaire général de l’organisation, Issiaka Fofana, DG de la Loterie nationale de Côte d’Ivoire, la qualité des participants a permis d’avoir des propositions concrètes.
S’inspirant pour la plupart du modèle burkinabé, qui semble le mieux accompli, les séminaristes ont fortement recommandé:

■ la création de réglementation et de législation dans les pays qui n’en disposent pas afin de favoriser leur harmonisation dans l’espace AALE;

■ la création d’un cadre de normalisation des jeux de hasard dans toute leur totalité;

■ l’implication de la police dans la réglementation des jeux de chance.

Durant ces deux jours, 5 sous-thèmes ont fait l’objet d’exposé et de discussions:

● la généralité des jeux de hasard;

● la réglementation des machines à sous;

● la réglementation des loteries;

● la réglementation des casinos;

● la police des jeux de hasard.

C’est sur des notes de satisfaction que l’élite des loteries d’Etat membres de l’AALE se sont quittés.

REGULARISATION EN ITALIE: Questions et réponses: VI)- Reçu de transfert d’argent comme preuve de présence en Italie?

FRANCE – AFRIQUE: La politique africaine selon François Hollande