in

ITALIE – Stephen Ogongo (CARA ITALIA): «Chers racistes, vous aurez beau m’insulter. Votre haine ne m’arrêtera pas»

Venu du Kenya pour étudier en Italie, Stephen Ogongo est le fondateur du mouvement panitalien CARA ITALIA, contre le racisme, qui veut défier la politique.

 

300 cas de plus en un an, en 2018. Au total 3.260, soit 9 par jour. C’est avec cette donnée que s’est ouverte la Semaine d’action contre le racisme, lancée par l’UNAR (Office National Anti Racisme) de la Présidence du Conseil des ministres. Des chiffres effrayants. Qui en est responsable? A cette question, Stephen Ogongo, originaire du Kenya et arrivé en Italie il y a 25 ans pour études, a décidé d’agir en conséquence. Avec les journalistes du groupe éditorial “Stranieri in Italia”, dont il est rédacteur en chef, Ogongo a fondé le mouvement Cara Italia. «Etrangers et Italiens ensemble contre le racisme et toutes les formes de discrimination», explique-t-il, sans beaucoup de mots. Les mêmes mots avec lesquels il a lancé, il y a quelques jours, un appel au ministre de l’Intérieur Matteo Salvini. Mais il (du moins pour l’instant) n’a pas répondu.  

Que diriez-vous si vous rencontriez Matteo Salvini? 

Je lui dirais qu’il dit souvent qu’il n’est pas raciste et j’aimerais le croire. Mais il ne suffit pas de le dire. Il doit le prouver par des faits, en donnant le bon exemple d’abord et en demandant à tout le monde de le refuser. En tant que ministre, il a la responsabilité d’assurer la sécurité de tous. Pour cette raison, il doit comprendre que le racisme en Italie aujourd’hui est un problème grave.

Qu’est-ce qui vous fait peur en Italie aujourd’hui? 

Le racisme, le sexisme et de nombreuses autres formes de discrimination deviennent “normaux”. Le pays prend vraiment un tournant désastreux. Jusqu’à il y a un an, être raciste n’était pas à la mode. Certains ont réussi en très peu de temps à légitimer le pire climat de haine jamais vu en Italie.

Vous êtes venu ici il y a 25 ans pour étudier.

Quels souvenirs avez-vous de l’Italie de ces années-là?

L’Italie a toujours été un pays accueillant, ouvert aux immigrants et aux réfugiés. Malheureusement, avec l’arrivée de la crise économique, certains politiciens ont compris qu’ils pouvaient jouer la carte de l’immigration pour accéder au pouvoir. Ils ont réussi à faire croire à beaucoup de gens que les immigrants et les réfugiés (surtout ceux qui ont la peau noire) sont la cause de tous les maux du pays.

Quelles sont les principales armes de la propagande raciste? 

Chaque jour, ils convainquent les gens que le pays dépense plus de ressources pour accueillir et soutenir les réfugiés, présentés comme des personnes vivant dans des hôtels de luxe, tandis que les Italiens en difficulté sont abandonnés par l’État. En même temps, ils ont créé la peur des étrangers, les faisant passer pour des criminels très dangereux.

C’est la raison pour laquelle vous avez fondé CARA ITALIA? 

Oui, CARA ITALIA est née spontanément comme mouvement pour contrer la dérive raciste que connaît le pays. Ce n’est pas un parti ou un mouvement des étrangers. C’est un mouvement dont les protagonistes sont des immigrés et des Italiens qui travaillent ensemble contre le racisme et toutes les autres formes de discrimination. 

Quels sont vos objectifs? 

Nous nous inspirons de la Constitution italienne et de la civilisation italienne et européenne, qui placent le respect de la personne humaine et la dignité humaine au centre de tout. Ce qui compte, c’est la personne et non l’endroit où elle est née ou d’où viennent ses parents. Nous travaillons pour l’émancipation des immigrés, en facilitant l’intégration, l’information correcte et la connaissance de leurs droits et devoirs.

Et essayer de faire de la politique 

Nous voulons créer une classe dirigeante qui reflète la nature multiculturelle de l’Italie. Notre bataille est plus culturelle que politique.

Avez-vous déjà souffert d’épisodes de racisme? 

Dernièrement, je souffre de racisme tous les jours. Des gens qui me regardent bizarrement, des gens qui parlent ouvertement contre les immigrés dans les véhicules qui me précèdent, des inspecteurs qui, lorsqu’ils montent dans les autobus, vont immédiatement voir des Noirs, etc. Depuis que j’ai fondé CARA ITALIA, les insultes racistes se sont intensifiées sur mes réseaux sociaux.

Vous avez peur? 

Je veux dire à tous les racistes qui m’insultent tous les jours que leurs insultes ne m’arrêteront jamais. S’ils ont des idées à exposer contre mes idéaux, je serai très heureux de les lire. Jusqu’à présent, je ne voyais que des insultes.

Comment lutter contre le racisme? 

Aujourd’hui, nous avons besoin de beaucoup de courage. Nous devons aider les gens à savoir ce qu’est le racisme, comment il se manifeste et, surtout, à ne pas le tolérer. Il est important de raconter l’histoire des épisodes racistes. Le racisme en Italie est un crime et ceux qui le commettent doivent être dénoncés et punis. Aux niveaux politique et public, les politiciens et les journalistes racistes doivent être mis au défi de cesser d’alimenter la haine. Ils ont ouvert les bouches d’égouts et sorti toute cette saleté, maintenant ils doivent être impliqués.

Et dans la vie quotidienne? 

Les gens doivent se rencontrer pour apprendre à se connaître. Rencontrer une autre personne, qui peut sembler “différente”, peut nous aider à comprendre que nous avons beaucoup de choses en commun. Les mêmes peurs, les mêmes rêves et surtout l’amour pour notre pays. Enfin, l’endroit le plus important pour lutter contre le racisme est l’école.

ITALIE – Vers l’octroi de la nationalité italienne au petit égyptien qui a contribué à sauver ses compagnons

ITALIE – Un migrant meurt brûlé dans le nouveau camp de tentes de San Ferdinando