in

ITALIE: Quand le président de Lazio, Claudio Lotito, parle de “peau normale”

Le président de l’équipe romaine Lazio était intervenu commentant les ‘bouuuu’ proférés par les supporters de son club contre les joueurs noirs adversaires, notamment le joueur belge de l’Inter, Romelu Lukuku, au moment de tirer un pénalty.

Le cadre était en marge du Conseil fédéral de la FIGC (Fédération Italiene de Football) où il a été discuté, entre autres choses, de la possibilité de doter les clubs d’outils contre la violence et les actes de racisme dans les courbes des stades de football. Et Claudio Lotito a déclaré que certaines chœurs au stade devaient être interprétées, et que son club “ne fait pas de distinction entre la couleur de la peau. Les “bouuuu”? Ils en font aussi contre ceux qui ont une peau normale et blanche”

Et patron des blancs-célestes de poursuivre: “Je me souviens, quand j’étais petit, qu’à ceux qui n’étaient pas de couleur, qui avaient une peau normale, blanche, on faisait ‘bouuuu’ pour les décourager et les empêcher de marquer le but face au portier“..

Et à qui souligne qu’avoir la peau noire est normal, le patron de Lazio passe sur la ligne défensive: “Je ne pense pas que Lazio fasse de distinction. Lazio a beaucoup de joueurs noirs et je ne pense pas que le club fasse une distinction entre la couleur de la peau. Le comportement de Lazio, de ce point de vue, est visible de tous, donc je ne peux être contredit par personne“, a finalement déclaré Lotito.
Contre les chœurs offensifs des supporters “ultràs”, la FIGC a adopté des lignes directrices pour prévenir “les actes contraires aux principes de loyauté, d’équité et de probité, y compris ceux de nature raciste“.
Dans le respect des principes lancés par la FIGC, les différents clubs de football n’auront plus à répondre de la soi-disant “responsabilité objective” du club pour le comportement incorrect, offensif et violent de leurs supporters, à l’intérieur comme à l’extérieur des stades.

ITALIE – Retour volontaire assisté: l’alternative qui convient à l’Europe

MAUVAISES PERSONNES: Les indices pour les reconnaître immédiatement