in

ITALIE – La locatrice refuse de louer tout en se vantant d’être raciste et fan de Salvini

Une femme de 28 ans, originaire des Pouilles, a entendu le propriétaire de la maison qu’elle voulait louer dans la région milanaise l’apostropher ainsi: «Vous êtes comme des rom et des noirs, je suis avec Salvini”. La fille a enregistré l’appel téléphonique et l’a mis en ligne sur Facebook.

 

«Pour moi, les méridionaux sont aussi méridionaux meme en 4000, pas en 2000, les méridionaux, les noirs et les Roms sont tous pareils, je suis raciste à 100%»“: c’est ce qu’a reçu comme réponse une jeune fille de 28 ans, originaire de la Région Puglia, Deborah Prencipe, à laquelle a été refusée la location d’une maison à Robecchetto con Induno, dans la province de Milan. La jeune femme a décidé de dénoncer, en publiant sur les médias sociaux l’enregistrement sonore de la propriétaire de la maison qui, avertie de la possible diffusion, a répondu: «Je te recommande d’écrire et de publier que je suis une “salvinienne”, je suis avec Matteo, avec le capitaine».

L’histoire a été racontée par la jeune fille sur Facebook: «Il se passe ceci. Je décide de m’installer dans le petit bourg de ma petite amie dans la province de Milan. Je cherche une maison à louer, je la trouve et j’en tombe amoureuse. Je suis d’accord avec la propriétaire de la maison, une fille, pour démarrer le contrat en octobre. Quinze jours avant le début du contrat, la fille m’envoie un message me disant que le début du contrat est retardé d’un mois, trouvant des excuses incroyables. Plus tard, je reçois un autre message de sa part me disant qu’elle ne peut plus me donner la maison à louer, car elle préfère la vendre. Je lui réponds que je ne trouve pas correct de changer les cartes sur la table à la dernière minute et que les arrangements étaient différents. La mère de la fille qui me contacte intervient dans tout cela. La raison pour laquelle on ne me donne pas la maison à louer est que je suis née à Foggia. QUOI? Exactement. Je suis né à Foggia et la dame…. retient que les Sudistes ne devraient pas entrer chez elle».

Debora attache à son courrier l’enregistrement sonore de la propriétaire, concluant “Bienvenue dans l’Italie d’aujourd’hui où, apparemment, il faut sortir les pancartes avec les mots: “On ne loue pas aux sudistes” car, évidemment, elles ne sont pas encore démodées. 

Dans l’enregistrement sonore, on entend la dame dire clairement des choses comme: “Pour moi, les méridionaux sont toujours des méridionaux, même en 4000, pas seulement en 2000. Les Sudistes, les Noirs et les Roms sont tous pareils. Sachez que moi, je suis raciste à 100%. Ce qui compte, c’est ce qui est écrit sur la carte d’identité, ce n’est pas une Suisse, c’est une méridionale, c’est différent.

Après avoir reçu de nombreux messages de solidarité, Deborah a publié un message de remerciement: “Je voudrais vous informer un peu de l’évolution de ce dossier, tant de personnes, ici et sur Instagram, m’écrivent et partagent. Grâce à vous, l’histoire est arrivée à de nombreux journalistes avec qui nous sommes en contact et je partagerai tous les articles qui sortiront! Évidemment, j’agis aussi légalement! Continuons à le partager: plus ça circule, plus (je l’espère) il y a de l’espoir que cela n’arrive pas à d’autres! Merci beaucoup. Aujourd’hui, ou tu baisses la inclinez votre tête et vivez bien ou exposez-vous et prenez tout ce qui arrive».

Dopo aver ricevuto moltissime messaggi di solidarietà, Deborah ha pubblicato un messaggio per ringraziare: «Ci tengo ad aggiornarvi un po’ su come sta procedendo la questione per cui in tantissimi qui e su Instagram mi state scrivendo e state condividendo. Grazie a voi, la storia è arrivata a tanti giornalisti con cui siamo in contatto e condividerò tutti gli articoli che usciranno! Ovviamente, mi sto muovendo anche legalmente! Continuiamo a condividerlo: più viaggia, più (spero) c’è speranza che non capiti ad altri! Grazie di cuore». 

«Non abbiamo ancora fatto denuncia perché è successo tutto solo ieri pomeriggio, ma lunedì ci muoveremo per vie legali, non per un ritorno economico ma perché siamo certe che ci sia il reato di discriminazione», spiega Laura, la compagna di Deborah. Il contratto tra la proprietaria e l’inquilina non era ancora stato firmato «ma c’era un accordo verbale tra le parti e abbiamo le mail che lo provano. Per fortuna, dal punto di vista dei danni personali, la mia compagna non è costretta a vivere per strada, ma quando ha ricevuto dalla proprietaria quei messaggi è scoppiata a piangere. Abbiamo sempre lottato contro le discriminazioni e per fortuna non ne avevamo mai subite, ora Deborah è piena di rabbia e sgomento per queste motivazioni inaccettabili. Per questo siamo intenzionate ad andare avanti». Laura esclude che, oltre al pregiudizio per le origini pugliesi da parte della proprietaria, ce ne sia un altro, legato alla loro unione: «Quando siamo andate a visitare la casa – racconta – proprio per evitare dei pregiudizi nei confronti della mia compagna, conoscendo la mentalità di paese e oggi anche dell’Italia in generale, mi sono presentata come un’amica. Per me la signora aborre tanto l’idea di un’unione tra donne che non ha nemmeno capito che siamo una coppia, escludo quindi che il motivo del suo rifiuto sia questo». Da quando, Laura prima e Deborah poi, hanno pubblicato la storia sulle loro pagine social «siamo sommerse di messaggi e richieste di contatto, sappiamo che oltre alla solidarietà potrebbe arrivare altro, ma oggi – conclude – o chini la testa e vivi bene o ti esponi e prendi 

 

 

 

ITALIE – Carte bleue européenne: entrées facilitées en Italie pour les travailleurs étrangers qualifiés

BLAISE MATUIDI: Le milieu français de la Juventus contre le racisme dans les stades