in

ITALIE – Éventé un attentat néo-nazi contre le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini?

Le vice-premier ministre Matteo Salvini dénonce: «C’est moi qui ai fait la signalisation, je suis content d’avoir été utile à la découverte des missiles. C’était l’une des nombreuses menaces de mort qui m’arrivent tous les jours, sans faire de publicité”, a-t-il dit au sujet de l’arsenal découvert à Turin et saisi par la Digos, auprès d’un groupe néo-nazi.

 

Intervenant sur le missile Matra et les armes, découverts dans un hangar près de l’aéroport de Rivanazzano Terme (Pavie), lors d’une enquête de la Digos de Turin et saisis à un groupe néo-nazi, le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini a déclaré qu’il était en préparation une attaque en Italie contre sa personne.

«C’est moi qui ai signalé. C’était l’une des nombreuses menaces de mort qui me sont adressées chaque jour. Les services secrets ont parlé d’un groupe ukrainien qui menaçait ma vie. Je suis heureux que cela ait permis à découvrir l’arsenal d’un quelconque débile», a-t-il dit, tout en précisant: «Je pense n’avoir jamais rien fait de mal aux Ukrainiens mais nous avons transmis le rapport et ce n’était pas un mythomane. Je ne connais pas les pro-nazis. Et je suis heureux quand on attrape des pro-nazis, des pro-communistes ou pro-n’importe quoi».

Salvini a ensuite relancé la nouvelle dans un post sur Facebook, par lequel il a remercié la police: «Les enquêtes qui ont suivi la dénonciation d’une attaque potentielle d’étrangers contre moi, ont conduit à la découverte d’un arsenal d’armes et à l’arrestation de néo-nazis. Je remercie la police, je continue sans crainte: les insultes et les menaces ne font que me donner plus de vigueur!» 

Entre-temps, l’ancien propriétaire du missile a été identifié. C’est un milanais, dont la position est actuellement examinée par les enquêteurs. Jusqu’à il y a deux mois, le missile se trouvait dans un entrepôt à Oriolo, près de Voghera. Alessandro Monti, Suisse de 42 ans, et Fabio Bernardi, Italien de 51 ans, tous deux placés à domicile, étaient les propriétaires des deux entrepôts. Fabio Del Bergiolo, 60 ans, de Gallarate près de Forza Nuova, a tenté de vendre le missile et, selon les enquêteurs, s’est proposé comme intermédiaire en demandant entre 5 et 10% du prix de vente final. L’homme avait contacté une société qui s’occupe de transactions nationales et internationales d’armes italiennes et un fonctionnaire d’un pays étranger.

ITALIE – Savez-vous quelle est la région italienne avec le majeur nombre de travailleurs citoyens non-UE?

EAT ALÌ: De “Eataly” à l’idée géniale d’un épicier immigré