in

ITALIE – Délivrance de la Carte bleue accélérée grâce à un accord entre le Ministère et Confindustria en Italie

Les sociétés membres de Confindustria  (Confédération des Industries d’Italie) peuvent faire la communication en ligne pour faire venir et embaucher en Italie les travailleurs étrangers les plus qualifiés.

 

La carte bleue (“Blue card”) est le permis de séjour spécial créé pour attirer dans l’Union Européenne (UE) les travailleurs étrangers les plus qualifiés: des ingénieurs aux agronomes passant par les informaticiens et les professeurs.

En Italie, il existe depuis des années la carte bleue de même que le canal pour faire venir ces travailleurs en Italie, indépendamment des quotas du Décret des flux. Dès que les entreprises décident de les embaucher, elle doivent faire une simple communication au “Sportello Unico per l’Immigrazione” (Bureau Unique l’Immigration). Le travailleur obtient ainsi le visa d’entrée et, une fois arrivé en Italie, il signera le contrat de travail et obtiendra la carte bleue. Du moins en théorie.

La réalité pratique est au contraire l’expérience vécue, par exemple, par Sate Kasouha, vétérinaire syrien qui mit près d’un an et demi pour pouvoir arriver en Italie et signer un contrat d’embauche avec la société Dox-Al de Sulbiate. Si en 2015, dans toute l’Italie, les cartes bleues délivrées n’ont été qu’un peu plus de 200, un pas en avant a été accompli, grâce à un protocole d’accord fut signé au ministère de l’Intérieur par le Directeur central de la politique de l’immigration et de l’asile du ministère de l’Intérieur, Rosetta Scotto Lavina, et le Directeur général de Confindustria, Marcella Panucci.

Les entreprises appartenant à Confindustria peuvent accéder directement au système informatisé du “Sportello Unico” (Guichet Unique) pour communiquer la proposition d’embauche du travailleur et débloquer la délivrance du visa d’entrée. Ce sont les entreprises qui garantiront le remplissage de toutes les conditions  prévues par la loi pour la délivrance de la carte bleue, conditions qui seront de toute façon vérifiées avant la signature du contrat de séjour.  

«L’accord est dans le sens des objectifs de la Commission Européenne relativement aux politiques migratoires. La Commission a en effet proposé une réforme de la directive sur la Carte bleue afin d’introduire un système plus clair, accessible et compétitif, et également améliorer la mobilité au sein du territoire de l’Union», a déclaré un communiqué du ministère. 

ITALIE: Les fils d’étrangers doivent désormais posséder leur propre permis de séjour personnel

ITALIE: A. KAMATÉ, M. TRAORÉ, M. TIKPI… la belle histoire d’intégration de jeunes réfugiés africains