in

Istat : 4.2 millions de résidents étrangers

Les données des registres d’état civil. Un million de mineurs, la moitié est né en Italie

Rome,12 octobre. Les citoyens étrangers résidents en Italie du 1° janvier 2010 sont 4.235.059 environ 7,0% du total des résidents. Au 1° janvier 2009 ils représentaient 6.5%. Il l’a dit aujourd’hui l’Istat en publiant les données qui arrivent des communes italiennes, et que donc ils tiennent compte seulement des citoyens étrangers inscrit au registre d’état civil. Au cours de l’année 2009 le nombre d’étrangers a augmenté de 343.764 unités (+8,8%), un accroissement encore très élevé, quoique inférieur à celui des deux années précédentes (494 mille en 2007 et 459 mille en 2008, respectivement +16,8% et +13,4%), principalement pour effet de la diminution des entrées de la Roumanie.
Les mineurs sont 932.675 soit 22,0% du total des étrangers résidents ; environ 573 mille sont nés en Italie, pendant que la partie restante est arrivée dans notre pays pour regroupement familial. Environ la moitié des résidents étrangers (2 million 86 mille individus, pair au 49,3% du total) provient des pays de l’Est européen : en particulier, environ 1/4 provient des Pays UE de nouvelle adhésion (1 million 71 mille, en excluant Cipro et Malta, parmi lequel 888 mille dont seulement la Roumanie) ; un autre 1/4 (1 million 15 mille) est représenté par des citoyens des pays de l’Europe de l’Est pas appartenants à l’UE. Les citoyens des pays de l’Europe de l’Est (+181 mille au cours de 2009, +9,5%) contribuent pour environ la moitié même à l’accroissement des étrangers résidents : ceux des pays UE de nouvelle adhésion ont crû dans l’ensemble environ 105 mille unités (+10,9%), pendant que ceux des pays de l’Est européen faisant une partie de l’Union ont augmentés de 76 mille unités (+8,1%). Les citoyens des pays asiatiques ont dans l’ensemble auguementé de 71 mille unités, avec un accroissement relatif de 11.6%. Au-delà de 60% des citoyens étrangers réside dans les régions du Nord, 25,3% dans le Centre et restant 13,1% dans les l’Italie du Sud, même si en 2009 la population étrangère a auguementé plus intensement dans les régions de l’Italie du Sud par rapport à ceux du centrer-Nord.

 

 

Droit de vote. Maroni : ” Seulement aux citoyens italiens”

Turco (Pd) : ” Vite une réforme de citoyenneté”