in

IMMIGRATION: 600.000 immigrés dans le Veneto

Intégration, cours de dialectes et aide au retour volontaire dans le pays d’origine.

À la fin de 2010, les  étrangers dans le Veneto étaient 600 000 (soit 25 000 de plus que 2009) dont 500 000 résidents et 100 000 non résidents (comme les travailleurs saisonniers) ou irréguliers (par exemple, parce que le permis de séjour a expiré).

té travail et emploi, on compte:

● 230.000 étrangers employés (11% du total);

● et 30.000 étrangers chômeurs (20% du total).

 

Les jeunes étrangers inscrits dans les écoles du Veneto sont environ 83 000 (10% du nombre total d’étudiants).

 

Les provinces vénitiennes attirant le plus d’étrangers se confirment Verona, Treviso et Vicenza.

La provenace des étrangers est la suivante:

● Roumanie: 97 000;

● Maroc: 56 700;

● Albanie: 42 000;

● Moldavie: 29 000;

● Chine: 27 000.


“Un travail technique impeccable et approfondi qui a été très utile dans la définition des actions du Plan annuel d’immigration, approuvé en commission. Les données sont apparus et les stratégies qui en suivent démontrent ce que j’ai toujours soutenu: l’iimmigré régulier, qui a un sérieux plan de vie sur notre terre, est une ressource à laquelle prêter attention et soutien. La situation est différente pour ceux qui sont dans la clandestinité, nous ne pouvons pas tolérer en aucune façon“, a déclaré le conseiller régional aux flux migratoires Daniele Stival.

Et de poursuivre: «En étroite collaboration avec les autorités locales et les associations, nous avons identifié les fronts sur lesquels il est plus important de concentrer nos actions, qui sont le chômage et l’intégration scolaire. Puis nous allons miser sur la formation professionnelle et les formes d’accompagnement post-scolaire car il existe de nombreux rapports de l’ANCI, sur le besoin de soutien aux nombreuses personnes qui, après les heures d’école, auraient tendance à ne pas chercher d’autres formes l’intégration».

 

Selon le commissaire, dans les interventions de formation, on devrait faire place à l’étude du dialecte vénitien.

C’est la langue la plus parlée sur les chantiers où bossent de nombreux travailleurs étrangers, etdans les familles, où il y a souvent des collaboratrices domestiques. Il est juste et aussi très utile pour la confiance que ces travailleurs puissent apprendre le dialecte“. 

Un autre point sur lequel s’est concentrée l’administration est le retour volontaire des étrangers dans leurs pays d’origine.

Il y a une demande croissante pour le retour des parents que les travailleurs ont des difficultés à prendre en charge en Italie, à cause de la crise. Mais des réponses doivent également etre données à ceux qui, après avoir appris un métier ou une activité d’entreprise, décident d’en faire bon usage dans leur pays d’origine. Il ne s’agit pas simplement payer un billet, mais de définir de vrais projetsl, en collaboration avec les autorités des pays d’origine“, a conclu Daniele De Stival.

 

Elvio Pasca

CORNE DE L’AFRIQUE: Un imbroglio humanitaire et politique

CÔTE D’IVOIRE: Accusés d’exactions – Les dozos “attaquent” Amnesty International