in

GUINÉE BISSAU: Tentative de coup d’Etat juste avant le 2ème tour de la présidentielle

Second tour…billon?

Une tentative de coup d’Etat était en cours jeudi soir en Guinée-Bissau: des militaires ont attaqué la résidence du Premier ministre sortant Carlos Gomes Junior, candidat à la présidentielle du 29 avril, et pris le contrôle de la radio nationale dans la capitale.

 

On a été assaillis par des roquettes RPG, on a été obligés de battre en retraite“, a déclaré un policier présent à la résidence de M. Gomes Junior, à Bissau, sans préciser la destination des occupants.

Le chef du gouvernement, leader du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir), était sur place avant les tirs, a-t-il affirmé, mais sans pouvoir indiquer sa situation actuelle.

Nous recherchons activement Carlos Gomes Junior. Quel que soit l’endroit où il peut se cacher, nous le débusquerons avant l’aube“, a assuré un militaire.

Un cordon de sécurité avait été installé par des militaires autour du palais présidentiel et des rues environnantes, sans qu’il soit possible dans l’immédiat de connaître le sort du chef de l’Etat par intérim Raimundo Pereira.

Des violences étaient redoutées depuis plusieurs jours dans cette ex-colonie portugaise dont l’histoire est jalonnée de putschs, tentatives de coups d’Etat militaires et violences politiques depuis son indépendance en 1974, et devenue en outre ces dernières années une plaque tournante du trafic de cocaïne entre l’Amérique du Sud et l’Europe.

Des militaires étaient également déployés sur les principales artères de Bissau, après qu’une dizaine d’entre eux, en armes, eurent pris le contrôle de la radio nationale en début de soirée.

Aucune radio n’émettait plus, pas plus que la télévision nationale. La ville était plongée dans l’obscurité après une coupure générale de courant.

Les tirs, essentiellement concentrés autour de la résidence du Premier ministre, ont duré environ une heure, et des sirènes d’ambulances se sont fait entendre à travers Bissau. La capitale était replongée dans le calme dans la soirée, et aucun civil ne s’aventurait dans les rues.

Un peu plus tôt, l’opposition bissau-guinéenne menée par l’ex-président Kumba Yala, qui doit affronter le 29 avril au second tour de l’élection présidentielle Carlos Gomes Junior, avait appelé au boycott du scrutin, et mis en garde quiconque battrait campagne.

Les 5 principaux candidats d’opposition, dont Kumba Yala, ont appelé leurs “militants et sympathisants à ne pas voter le 29 avril”, au nom de la “justice. Quiconque s’aventurera à battre campagne assumera la responsabilité de tout ce qui adviendra“, a menacé Kumba Yala, qui avait dénoncé des “fraudes massives” au premier tour et prévenu qu’il ne participerait pas au second tour. “J’ai dit et je le répète: je ne veux pas d’un second tour“, a-t-il encore martelé.

Carlos Gomes Junior avait obtenu au premier tour le 18 mars 48,97% des voix et Kumba Yala 23,26%.

La présidentielle a été rendue nécessaire par le décès en janvier dernier du président Malam Bacaï Sanha, mort à Paris où il avait été hospitalisé pour une maladie dont il souffrait depuis plusieurs années.

La campagne électorale pour le second tour devait débuter ce vendredi 13 pour s’achever le 27 avril.

 

RUSSEL WALKIN’ ORCHESTRA

ZIMBABWE: Mugabe fait taire une nouvelle fois les rumeurs sur sa santé