in

Facebook, Twitter et YouTube dénoncés: “Ils ne suppriment pas les contenus racistes”

Trois associations françaises ont cité les réseaux en justice. SOS Racisme: «Ils enlèvent les seins nus, mais pas l’incitation à la haine».

Les géants des réseaux sociaux font-ils assez pour combattre le racisme qui les empoisonne? En France, ce sera aux juges de répondre à cette question. Depuis plus de deux mois, les militants de SOS Racisme, SOS Homophobie et UEJF (Union Estudiantine Juive Française), qui rassemble les étudiants juifs, ont créé un “test massif”, signalant 586 contenus anti-sémites, négationnistes, homophobes, apologies du terrorisme ou de crimes contre ‘ l’humanité. Le résultat? Seulement 4% ont été supprimés par Twitter, 7% par YouTube et 34% par Facebook.

Les trois associations ont ainsi décidé de déposer une plainte contre Twitter, YouTube et Facebook, «pour comprendre pourquoi ils ne pas respectent pas les obligations légales.” L’enjeu est une loi française de 2014 sur la «confiance en l’économie numérique”, qui oblige les opérateurs à «éliminer dans un délai raisonnable, les contenus manifestement illicite et de les signaler à la procure».

Appelés à répondre devant le tribunal, les entreprises devront expliquer ce qu’elles font, concrètement, pour remplir ces obligations.

«La plainte permettra de faire la lumière sur le fonctionnement et le profil des modérateurs des réseaux sociaux et d’obtenir un bilan de leur activité globale», soulignent les promoteurs.

«Twitter, Youtube et Facebook ne peuvent pas continuer à dire des mots rassurants pour couvrir leur inaction dans la modération des contenus” attaque Dominique Sopo, président de SOS Racisme. «Ces plates-formes semblent plus choquées par des seins nus, qui sont immédiatement censurés, que par l’incitation à la haine contre des personnes ou des groupes de personnes. Notre action en justice vise à faire appliquer une loi à laquelle ils doivent maintenant obéir pleinement».

Ejaz Ahmad (journaliste pakistanais): «Beppe Grillo, présente tes excuses au Pakistan (et viens-nous voir)»

BARIKAMA: La coopérative créée à Rome par 6 jeunes africains!