in

ETHIOPIE: Le cirque Fekat, créé par Dereje Dagne, est un tremplin social

Dagne gagne!

L’Ethiopie vient d’inaugurer un nouvel espace destiné au spectacle, grâce à un groupe exceptionnel d’animateurs d’un cirque éthiopien. Le cirque Fekat a apporté le côté magique du monde du cirque dans la capitale Addis Abeba et les régions rurales du pays. Mais Fekat c’est plus que ça, il s’agit d’un tremplin pour le changement social et le développement.

Le cirque Fekat a été crée en 2004 par un groupe de jeunes dirigés par Dereje Dagne. Ils ont grandi dans les rues de la capitale, et grâce au cirque leur vie a changé. Ce changement ils souhaitent l’apporter aux autres enfants. Depuis lors, ils entraîenent des jeunes vivant les quartiers défavorisés d’Addis Abeba avec l’intention d’être un exemple pour combattre les risques liés au dangereux mode de vie et à la pauvreté urbaine.

Après deux ans d’entrainement dans des locaux de maisons prêtées par des amis et dans les rues d’Addis Abeba, le cirque a été aidé par deux organisations, CIAI et la fondation Altamane, qui furent impressionnées par le talent et l’état d’esprit de ces jeunes. Grâce à ces organisations, le cirque fit la connaissance de Georgia Giunta, une Italienne qui travaille avec eux depuis 2008.

Leur talent m’a impressionné, mais c’est surtout leur engagement les uns vis-à-vis des autres et de leur communauté qui a marqué mon esprit“, explique Georgia Giunta.

Parmi leurs activités, le cirque Fekat (qui veut dire en Amharique “cirque dynamique”) se produit chaque semaine à l’hôpital Black Lion (le lion noir), avec le concours des médecins et des animateurs venus visiter l’hôpital des enfants. Ils associent le cirque et le théâtre, appuyés par des campagnes de sensibilisation sur des sujets sociaux et de la santé. Beaucoup de ces campagnes ont été étendues à la campagne.

Aujourd’hui, l’association des artistes du cirque Fekat est composée de 20 jeunes artistes et ils forment 75 jeunes enfants de façon régulière. Georgia explique: “Beaucoup d’enfants ont des sérieux problèmes d’adaptation a un mode d’éducation classique, pour eux le cirque est une occasion de retrouver de l’espoir, l’estime de soi, l’amitié, la joie, l’identification à des nouveaux exemples d’idoles. Ceci permet d’ouvrir leur esprits et de stimuler leur créativité.”

Pour beaucoup d’entre eux, sans le cirque, il n y aurait que la rue comme possibilité. Maintenant chaque réalisation dans le cirque équivaut pour eux à un succès et à la magie. Le chemin vers le succès n’est certes pas magique car il faut beaucoup travailler.

Georgia d’ajouter: “Bon nombre de ces enfants n’ont pas de référence comme modèle et d’expérience de réussite. Même les encadreurs ne croyaient pas à ce succès. Mais ce qui vient d’être accompli est magique. Ce que les enfants viennent de comprendre dans ce cirque, c’est qu’en travaillant beaucoup, on peut tout atteindre“.

AFRIQUE DU SUD: Le pays sous le choc après le drame de Marikana

ISLAM: Eid-El-Fitr, jour de fraternité