in

EGYPTE: Inauguration du second canal de Suez

Un exemple africain pour l’Afrique!  

Une date à retenir : le 6. Un seul fait marquant : l’inauguration du deuxième canal de Suez. L’évènement au Caire, à Alexandrie, à Ismaïla et particulièrement à Suez est synonyme de libération pour un pays et un peuple. Chaque Egyptien, ou presque, avait sur lui le drapeau du pays. 

alt

Elu le 28 mai 2014 avec 96,91% de voix, le maréchal Abdel Fatah el-Sissi savait qu’il avait deux importants défis à relever: le retour de la sécurité et la relance de l’économie du pays. Le 5 août 2014, il lance un pari «fou»: construire un deuxième canal de Suez. Seulement, son pays manque d’argent. Et aucun bailleur n’est prêt à l’accompagner dans cette aventure. Mais celui qui est considéré comme l’héritier de Nasser lance un appel à contribution à son peuple. Les 90 millions d’Egyptiens sont ainsi conviés chacun à verser 100 livres égyptiennes (13,20 euros) soit environ 9.000 CFA pour soutenir ce projet qui, selon des sources concordantes, aura coûté 2,9 millions d’euros. 

Une année après, le 2ième canal de Suez est désormais ouvert. Devant un parterre de chefs d’Etats étrangers, arabes, africains et occidentaux, el-Sissi a redit sa foi en une Egypte qui, tel est le phénix, renaît de ses cendres. Le nouveau canal, 72 kilomètres de long, c’est un million d’emplois attendus. Le président el-Sissi l’a dit, «le nouveau canal est un don de l’Egypte au monde». A travers ce canal passeront des navires de divers pays, à l’instar du Fregatte français qui a eu aux honneurs du jour. A dessein, car le président français, aux côtés de la trentaine présents en Egypte, était l’invité d’honneur. Nombreux d’entre eux ont atterri mercredi au Caire comme le Nigérien Issoufou, le Togolais Faure Gnassingbe ou le Béninois Boni Yayi. Pour donner la preuve d’une Egypte sécurisée, les chefs d’Etat ont emprunté la route pour atteindre les rives de la mer rouge.

146 ans avant… 
 
L’ouverture de ce deuxième canal est une reprise en main de son destin par l’Egypte. Ceci, parce que le premier canal fut construit par les Français et les travaux avaient duré dix ans, de 1859 à 1869, grâce à une levée de fonds à la bourse de Paris. Pendant une décennie, l’ouvrage ne profita qu’aux Français et aux Anglais jusqu’en 1956 quand Nasser décida de le nationaliser. Quoique battue militairement, l’Egypte de Nasser obtint une victoire sur le plan diplomatique avec cette reconnaissance par la communauté internationale. Les Etats-Unis en tête. Mais pour les descendants des pharaons, la honte était là. Marquée sur leur front. Honte ou deuil ? Le 6 août sonne comme le début d’une ère nouvelle pour ce pays. A la clé, un retour de la France malgré tout. Un pays qui a fortement contribué dans l’histoire de l’Egypte Champollion qui décrypta les hiéroglyphes et permit de lever le voile sur une histoire enfouie; avec Bonaparte qui s’émerveilla devant le monument du Sphinx ; avec Lesseps qui fit construire le premier canal de Suez, etc. La ville d’Alexandrie ne porte t-elle pas la marque de la France? Pourtant, la France est bien classée au 9ème rang des partenaires de l’Egypte.

Côté jardin, la journée, déclarée chômée, a mis des millions dans la rue. Place Tahrir au Caire, l’ambiance rappelle celle du 30 juin 2013 ou du 25 janvier 2011. A une seule différence : la joie d’un peuple qui retrouve sa fierté.

DOUDOU NDIAYE ROSE: 85ème anniversaire du Tambour major sénégalais!

EXTRABANCA: Le verdict qui met en embarras l”‘institut de crédit des immigrés”!