in

ECONOMIE AFRICAINE: L’expert sénégalais El Hadji Bara Diène relève les enjeux de la finance islamique sur le continent

Une éthique économique islamique en Afrique?

L’expert sénégalais El Hadji Bara Diène a relevé, samedi 2 juin à Dakar, l’importance et les enjeux liés à la finance islamique qui peut contribuer au développement de l’Afrique si l’environnement juridique permet aux compétences africaines de s’exprimer dans ce domaine.


La finance islamique peut booster le développement en Afrique. Il suffit de mettre en avant des projets bancables et des projets étatiques“, a dit M. Diène lors d’une conférence axée sur les avantages de la finance islamique dans le continent africain.

Présidée par Abdoul Aziz Mbaye, un conseiller spécial du président Macky Sall, cette conférence a enregistré la participation d’acteurs et de représentants d’établissements de finance islamique basés à Dakar et à Paris, d’islamologues et d’étudiants en économie, entre autres.

Il est tant qu’on arrête en Afrique d’importer des solutions alors que des compétences africaines dans le domaine de la finance islamique sont disponibles. Il suffit juste d’élaborer un environnement juridique adéquat.Nous allons engager des discussions avec les autorités sénégalaises parce qu’au niveau de la zone de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) pour la mise en place d’un cadre juridique pour lancer les jalons d’une normalisation de la finance islamique“, a expliqué M. Diène.

M. Diène, qui est par ailleurs un des responsables de la CIFIA (Compagnie Indépendante de Finance Islamique en Afrique), a noté que ce mode de finance est en adéquation avec les réalités sociales de nos pays, signalane: “La finance islamique est en phase avec nos convictions dans un pays comme le Sénégal où, plus de 95% des populations sont des musulmans. Plusieurs pays européens comme la France ou la Grande-Bretagne ont adopté la finance islamique alors que des organisations musulmanes s’y émancipent difficilement, c’est parce que la finance islamique apporte beaucoup à la croissance“.

A cet effet, M. Diène ambitionne de créer une instance indépendante, dont il porte le projet. Ladite instance se dotera d’un “comité de certification” et d”‘unités d’affaires spécialisées dans la conception et la mise en oeuvre” de services de finance islamique, et aussi chargée d”‘opérationnaliser le financement et l’investissement” dans la finance islamique.

La capitale sénégalaise présente un profil de carrefour de cette finance, pour avoir abrité deux sommets de l’Organisation de la conférence islamique (OCI) et un sommet des Oulémas du monde, parmi d’autres avantages, a-t-il signalé.

 

COTE D’IVOIRE: Auditions des pro-Gbagbo : Ils n’attendaient que ça

ÉLIMINATOIRES MONDIAL 2014: La Cote d’Ivoire bat la Tanzanie