in

DROITS D’AUTEURS: Les artistes congolais et nigérians au front pour empêcher la piraterie

Rate pas le pirate! 

Ils n’ont jamais tiré le maximum de leurs dividendes et ils meurent souvent pauvre sans toutefois profiter du succès de leurs oeuvres.

altIls, ce sont les Artistes congolais et nigérians, toutes disciplines confondues, réunis la semaine dernière dans une rencontre organisée conjointement par le Ministère de la Culture et des Arts et la Société Congolaise des Droits d’Auteurs et Droits Voisins “SOCODA”, jadis Soneca en liquidation. En effet, dans la perspective de la réciprocité de la défense des droits des artistes tant du côté congolais que nigérian, les artistes Rd-congolais sont plus que déterminés à rompre avec la précarité dans laquelle, ils vivent. Ce, malgré l’immensité de leur production et création, rapporte Masumu Debrindet.

Ce dernier a par ailleurs, reconnu que leurs collègues nigérians vivent d’une vie plus meilleur parce qu’ils connaissent une ascension fulgurante tant sur le plan de la production de spectacles que sur le plan de la rentabilité pécuniaire. Confiant en l’avenir, Masumu Yala Kayala croit fermement qu’avec le pragmatisme de l’actuel ministre de la Culture et des Arts, Banza Mukalay et la détermination de la SOCODA, présidée de mains de maître par M. Jacques Mondonga et l’Ir. Blaise Bula, tous les espoirs sont à nouveaux permis pour un aboutissement heureux partant des pourparlers entamés avec toutes les parties concernées.

52 ans après l’indépendance de la RDC, ces artistes continuent à râler, soutient le président Masumu. C’est pourquoi, au cours des contacts préliminaires, il a été entre autres, question d’interdire formellement la diffusion et la vente illicite des oeuvres nigérianes, du recouvrement sans tarder des droits d’auteur des artistes congolais et nigérians dont les oeuvres sont diffusées en RD-Congo et au Nigeria depuis plusieurs décennies. En vue de promouvoir un boom culturel comme c’est le cas dans d’autres secteurs, les artistes congolais préconisent la mise en place en RDC d’une structure de production cinématographique “COLLYWOOD, à l’instar de celle du Nigeria dénommée “NOLLYWOOD” qui génère beaucoup des devises dans ce pays.

Dans le cadre d’une cohabitation pacifique et la promotion culturelles entre les deux Etats, il est également envisagé l’organisation des manifestations culturelles entre les deux pays, la production des films entre les artistes congolais et nigérians. D’ores et déjà, révèle le président de la troupe “Théâtre Plus”, une forte délégation d’artistes célèbres sera à Kinshasa au mois de novembre prochain. Il sera une occasion pour elle, de vivre la flagrance liée à la piraterie et la diffusion sans contrôle de leurs oeuvres. Faisant d’une pierre deux coups, toutes ces célébrités nigérianes déclare Masumu, pourront produire un film avec leurs collègues congolais sélectionnés par l’Association Nationale de Théâtre Populaire et Cinéma “ANTPC”.

A leur tour, la délégation Rd-Congolaise se rendra en janvier 2013 au Nigeria où les oeuvres des Congolais sont aussi piratées, a conclu Masumu Debrindet.

CAMEROUN: Paul Biya, 30 ans de pouvoir!

IMMIGRATION EN ITALIE: 5 milions d’étrangers réguliers – Tendance continue à la hausse