in

DEMBA DIA: Adieu au chanteur sénégalais, auteur du tube “Rock Mbalax”

Repose en paix! 

Le chanteur Demba Dia alias “Rock mbalakh” du nom du célèbre tube qui l’a révélé au grand public dans les années 90, est décédé à Paris où il s’était rendu pour se soigner d’une maladie qui l’affectait, ces derniers temps. Figure marquante du show-biz sénégalais, Demba Dia avait, outre sa musique qui lui avait attiré beaucoup de fans, embrassé une carrière politique l’ayant conduit à poser, en 2009 et en 2014, sa candidature à la mairie des Parcelles assainies, un quartier de la périphérie du centre-ville où il avait élu domicile. 

alt

L’artiste chanteur-musicien Demba Dia est décédé à Paris, à l’âge de 50 ans. De lui, le secrétaire général de l’Association des métiers de la musique du Sénégal, Guissé Pène, retient l’image «d’un humaniste, d’une personne accessible et disponible pour aider et produire les jeunes artistes chanteurs». L’artiste chanteur-musicien Demba Dia était généreux, qui n’hésitait pas à mettre, souvent gratuitement, son précieux et performant matériel de sonorisation et de spectacle, ainsi que son studio à la disposition du show-biz local. 

«Il était disponible pour accompagner et aider en particulier dans son fief des Parcelles assainies et dans le milieu musical et culturel en général», témoigne Guissé Pène, secrétaire général de l’Association des Métiers de la Musique du Sénégal (AMS). 

De son irruption dans le milieu musical sénégalais, avec son album «Rock Mbalack», le secrétaire général de l’AMS retient le bon accueil que les mélomanes avaient réservé à ce nouveau style. «Son style “Rock Mbalax” avait bouleversé la hiérarchie établie par les ténors du mbalax à l’époque. D’autres jeunes musiciens se sont engouffrés dans cette brèche ouverte par Demba Dia», ajoute Guissé Pène qui rappelle qu’ensuite, l’opus «Remember» mis sur le marché par le défunt artiste, a également été un chef-d’œuvre au plan de la création musicale et de l’engagement dont il faisait montre. 

Lors de la sortie, en 2006, de l’album «Boum Boum», nous avions rencontré Demba Dia à son domicile aux Parcelles Assainies de Dakar, siège de son entreprise de production «Rock Entreprises», devenu plus tard son fief politique. C’est là qu’il a créé le Mouvement Action Citoyenne pour se lancer dans l’arène politique. 

Cette année-là, Demba Dia venait de rompre avec 5 ans de silence musical pour lancer son 9ème album. Un opus avec des relents de rythmes mbalax, véritable invite à la danse et à la joie, disait-il. Avant de préciser qu’il demeurait le même monsieur “Rock Mbalax”, comme il était surnommé par les mélomanes et la presse. 

«Le Rock-mbalax, c’est mon style. Il est pour moi. Si tout le monde dans ce pays se mettait à faire du mbalax pur et dur, il n’y aurait pas de différence. Dans notre culture musicale, il nous faut du rock, du mbalax, de la salsa, etc.», confiait Demba Dia, entre deux éclats rire. 

L’homme arborait plusieurs casquettes dans sa vie. Chanteur, producteur, sportif aimant le tennis et les gros bolides sur lesquels il s’est maintes fois aligné dans la course automobile des «Six heures de Dakar». Demba Dia qui disposait d’un ensemble de sonorisation remarquable et longtemps le plus envié de Dakar, nous confiait qu’il voulait mettre sur pied une unité industrielle de fabrique de cassettes, Cd et Dvd à Sindia. 

«Je suis musicien et chef d’entreprise. Je fais de la musique avec intelligence», précisait alors Demba Dia, qui a passé son adolescence au quartier dakarois de Hann. 

Ce bonhomme halpulaar disait avoir concrétisé son rêve en devenant non pas professionnel de tennis ou coureur de circuit automobile, mais patron d’une écurie de bolides dénommée “Rock Mbalax Team”. 

C’est à son retour au bercail, après un séjour en France, que Demba Dia sera tour à tour ouvrier dans des sociétés de la place, moniteur de tennis dans un hôtel dakarois, gentil organisateur d’un club de vacances, avant de commencer à pousser la chansonnette avec un ami. 

Un petit retour en France, quelques piges dans un groupe musical et come-back à Dakar où il sort son premier album. «Rock Mbalax» est né! 

Musique rock avec guitares électriques, une voix enrayée, blousons et gants en cuir, voitures, rastas et cheveux teints, boucles d’oreilles, toute une attitude qui différencie le nouveau venu des autres chanteurs. 

Une rock-attitude qu’il a longtemps dégainée avant de se voir converti “Cheikh Demba Dia”. On le verra alors avec la boule à zéro à la place des rastas et plutôt vêtu le plus souvent en boubou sénégalais à la place des blousons en cuir. Qu’on aime sa musique ou pas, c’est véritablement dans la chanson que Demba Dia se fera une renommée. C’est d’ailleurs fort de cela que l’artiste voulait devenir maire des Parcelles assainies.

Vidéo. “Rock Mbalax

https://www.youtube.com/watch?v=I0nhxj-l1Dk

CENTRAFRIQUE: François Bozizé candidat de son parti pour la future présidentielle

ROBERT MUGABE: «Il y a plus de Noirs dans les prisons que dans les universités américaines»