in

DANIEL NYARKO: Ouvrier agricole ghanéen abattu dans la région de Foggia

En mémoire de Daniel, un frère et un ami: une autre victime du racisme et de l’exploitation.

 

 

Daniel Nyarko, ghanéen de 51 ans, résidant en Italie depuis 2014, qui a été abattu avec deux coups de feu, dans la soirée du 28 mars devant son domicile, près du village de Mezzanone, était ouvrier agricole et gardien de nuit d’un domaine où il vivait ensemble avec sa femme, à laquelle nous nous étreignons dans sa douleur. Il était en train de rentrer à la maison à vélo.

Quand la nouvelle a commencé à circuler, les médias appâtés par les forces de l’ordre, se sont comme toujours lancés dans un ballet de criminalisation de l’étranger: “bagarre entre immigrés”, avaient-ils raconté. Une bagarre qui, en plus semble-t-il a eu lieu à une distance de 20 km de là, entre des roumains et des nord-africains.

Ceux qui connaissaient Daniel, appelé “Offa” ou “oncle”, en signe de respect, racontent au contraire une autre histoire, qui implique un système de racket très italien.

Il semble en effet qu’il y a quelques années, Daniel avait contribué à l’arrestation d’un gang dédié à l’extorsion qui, après avoir reçu le refus du propriétaire du fonds de payer la dentelle, avait tenté de voler à la société certains véhicules agricoles. C’est Daniel en personne qui s’y était opposé et avait appelé la police. Après quelques années de prison, les malfrats arrêtés ont été libérés, il y a quelques jours à peine, et tout porte à croire qu’il s’agit d’une vengeance. Des connaissances et des amis disent que Daniel Nyarko n’est jamais allé à Borgo Tressanti, le lieu de la prétendue bagarre dont parlent les médias.

Comme d’habitude, ce sont les étrangers et les pauvres qui font le sale boulot et qui paient les conséquences les plus terribles d’un système malade d’exploitation, de violence et d’abus.

GREAT NNACHI – La jeune athlète italo-nigériane est recordwoman nationale U16 du saut à la perche

ITALIE – Après le ban des bancs des jardins publics, le maire de la Lega de Ferrara vers l’imposition catholique dans les salles de classes?