in

COTE D’IVOIRE: Un pasteur rossé par des (ex-rebelles) militaires FRCI pour son sermon sur la… rébellion

Re…bel et bien rossé!

“Rebelle” est un mot qui fâche! Désormais sachez le bien! C’est d’ailleurs ce ruban rouge qu’on agiterait pour fâcher le taureau dans une corrida. Et pour tout ceux qui l’ignorait encore, il serait sévèrement bousculé, hors des règles de la tauromachie.

altEt c’est bien cette ignorance que désormais ne se permettra le pasteur Ezéchiel qui à force d’agiter le mot ”rebelle” dans son discours s’est copieusement fait rosser par des éléments FRCI, lundi 11 mars, à la grande gare d’Abobo. 

Aux environs de 11heures, le pasteur Ezéchiel se trouvait très inspiré dans sa mission d’aide aux rachetés du Christ. Il décide alors de mener tout seul son combat sur la grande place en face de la brigade de la gendarmerie, là où le foutoir est un quotidien. Les commerçants étalent partout leurs marchandises, les taxis et les mini-cars ” gbaka” stoppent aussitôt qu’un doigt traine en l’air pour prendre un client et les nombreux éléments FRCI en véritables vautours teintés d’opportunisme se pavanent au milieu dans ce méli-mélo, non pas pour rappeler l’ordre, mais plutôt pour marcher comme un paon qui fait la roue. Le tout étant de racketter les commerçants et les transporteurs.

Et c’est bien dans cette atmosphère pleine d’entrain que le pasteur Ezéchiel, qui ne souhaite plus voir le diable à queue fourchue régner en maître, a préféré s’étendre sur ce sujet de la rébellion. “La rébellion est facteur de désordre et de ruine de l’âme“. Se dit-il.

Mais il entame à peine son sermon sur la rébellion qu’il est aussitôt voué aux gémonies par des éléments FRCI juste à côté. Il pense à une persécution et continue en ses termes ”La rébellion est un comportement que Dieu punit. Quelque soit la raison on ne se rebelle jamais contre une autorité. On doit suivre les règles car tout est régi par Dieu et son esprit sain”.

Sur cette action, un élément FRCI s’approcha de lui, lui donna une paire de gifles et le somma de quitter les lieux. Un autre troufion vint l’écraser avec ses godasses et le pasteur était maintenant à genoux et ne parlait plus.

Les personnes autour vinrent à rappeler aux éléments FRCI la personnalité spirituelle de l’agressé mais ces éléments FRCI tinrent toujours à le bousculer en le trainant devant un peu plus loin pour le décourager sur son pari fou de prêcher sur la rébellion, devant sans nul doute des initiateurs du concept.

WORLD PRESS PHOTO: Exposition à Tunis pour la 5ème fois

MISS WEST AFRICA BELGIQUE: 17 concurrentes au total – Grande finale le 16 mars