in

CÔTE D’IVOIRE: Des pro-Gbagbo libérés plaident la cause des autres prisonniers

Qui est à la maison a raison! Qui est en prison…n’a pas de maison!

En Côte d’Ivoire, des membres de l’ancien régime libérés en novembre dernier par la justice ivoirienne sont allés plaider la cause de leurs anciens codétenus face au ministre de l’Intérieur.












En décembre plusieurs demandes de libération conditionnelle avaient été rejetées par le tribunal d’Abidjan. Il reste une soixantaine de prisonniers pro-Gbagbo à attendre un procès.

C’est Gervais Coulibaly, l’ancien porte-parole de Laurent Gbagbo qui a mené la délégation. Une dizaine de proches du précédent régime, dont trois ont été emprisonnés à la fin de la guerre civile.

«Mes nuits sont hantées et troublées par le regard du président Affi N’guessan et de mon jeune frère Michel Gbagbo en train de me dire “au revoir” quand je me rappelle que nous les avons quittés et qu’ils sont restés tous les deux dans cette prison. Aucun sacrifice n’est de trop pour nous pour que nous puissions aider à libérer nos camarades», a dit l‘ancien ministre Gnamien Yao, qui a fait 4 mois à Bouna, dans le nord-est de la Côte d’Ivoire.

Le ministre de l’Intérieur affirme que le gouvernement a la main tendue vers l’opposition mais pour Hamed Bakayoko, ce plaidoyer pour la libération des prisonniers de l’ère Gbagbo est encore prématuré.

«Il y a des gens qui portent encore le deuil et de part et d’autre, donc à chaque fois qu’ils voient un acte d’apaisement, ils ont un sentiment que c’est de l’injustice. Donc nous devons voir plus loin et nous devons donner le courage de nous réconcilier. Pour se réconcilier faut être deux», a-t-il dit.

La justice ivoirienne instruit des dizaines de dossiers sur les crimes commis pendant la crise post-électorale. Les premiers procès devraient commencer dans quelques semaines.


 

 

FOOTBALL: Le Sud-Soudan 54e membre de la CAF

AUSTRALIA: Lavaggio auto…pless!