in

COTE D’IVOIRE: Cour Pénale Internationale (CPI) – Simone Gbagbo ne rejoindra donc pas son mari à La Haye

Que la CPI… “Haye” au diable? 

Certains parmi ceux qui ont suivi la récente tournée du président ivoirien, Alassane Ouattara, au nord du pays, avaient fait le pari de l’optimisme ; ils avaient espéré que les propos qui avaient été tenus par le chef de l’Etat laissaient subodorer quelque geste de grand seigneur dont le FPI pourrait bénéficier.

altLa souveraine indulgence ne fut pas au rendez-vous et les propos du chef d’Etat ne signifiaient nullement que les membres du clan Gbagbo devaient recevoir de sa part quelque marque de mansuétude.

Pour preuve, mercredi 10 juillet 2013, la justice ivoirienne a confirmé les charges retenues à l’encontre de … 84 proches de l’ancien président Laurent Gbagho. Parmi eux, Simone l’épouse, Michel, le fils du chef en détention à la Haye, ainsi que le président du FPI, Pascal Affi N’guessan.

On imagine l’émoi au sein des partisans du “Woudy” de Mama: ils peinent à comprendre que l’on parle de marche vers la paix et de réconciliation lorsqu’au même moment, ce sont eux qui sont traqués, poursuivis et embastillés. Cependant, cet envoi des membres du FPI devant la cour d’assises peut avoir du bon.

Primo, elle vient éclaircir un doute: l’Etat ivoirien aura finalement choisi de laver son linge en famille, au lieu de l’évacuer au Tribunal de La Haye. Ainsi donc, Simone ne rejoindra pas son mari à la Haye, comme le réclament certains.

Secundo, les mis en cause savent désormais et en termes clairs, ce qui leur est reproché; leurs avocats peuvent alors se préparer à les défendre en connaissance de cause.

La chose n’est pas banale, puisqu’au nombre des inculpés se trouvent des citoyens qui attendaient depuis deux bonnes années, sans jugement, mais cependant privés de leur liberté de mouvement. Reste à l’appareil judiciaire ivoirien de savoir jouer sa bonne partition ; car il s’agit là, assurément, d’un nouveau challenge qu’elle a obligation de relever.

Les inculpés n’étant pas des présumés coupables, elle se devra de faire preuve d’équité et d’impartialité: en bonne justice, on ne condamne pas un homme au motif qu’il a joué et perdu. Il lui faudra, pour ce faire, résister, au besoin, aux pressions d’éventuels puissants du jour désireux de faire rendre gorge à des ennemis d’hier.

Ce ne sera pas vraiment une sinécure; en plus, l’entreprise peut se révéler une véritable gageure; mais la justice ivoirienne joue là, une fois de plus, sa crédibilité.

Tout comme d’ailleurs le gouvernement d’Alassane Ouattara. Il se fait fort de traquer les ennemis d’hier, au motif que justice doit se faire. Mais il devra avoir en mémoire que dans une guerre, les «bons» ne sont jamais d’un camp et les «mauvais» de l’autre.

A supposer que la justice ivoirienne ait pour but ultime la recherche de la vérité, il faut le dire tout net, elle ne se révèlera pas à partir d’un seul clan ; à sa décharge, on reconnaîtra que «qui trop embrasse, mal étreint».

Mais on attend de voir et on espère qu’un jour (prochain) elle s’attaquera aux dossiers qu’en toute bonne déontologie elle se doit de traquer, mais qui ont l’heur de se trouver dans le bon camp des vainqueurs du moment.

A défaut de sacrifier à ce devoir, on sera en droit de penser que les bonnes promesses de paix et de réconciliation n’auront, au final, été que du boniment.

LIBERATE NICAYENZI: Sénatrice burundaise pygmée de la tribu Batwa- Entre activisme et politique

ETHIOPIE: Haile Gebrésélassie, la légende de l’athlétisme entre en politique