in

COTE D’IVOIRE: Blé Goudé devant la CPI – Le FPI dénonce «une rupture du dialogue»

Ça frise la crise grise?

Le Front Populaire Ivoirien (FPI) a dénoncé «la rupture du dialogue par le gouvernement d’Alassane Ouattara». Dans un communiqué, le parti de Laurent Gbagbo a rendu public les conclusions d’une réunion de la direction tenue la veille, le jour du transfèrement de Charles Blé Goudé vers la Cour pénale internationale (CPI).

alt«Une entrave grave à la réconciliation nationale». C’est ainsi que le FPI qualifie le transfèrement de l’ex-leader de la galaxie patriotique, Charles Blé Goudé, à la CPI. Mais le parti fondé par Laurent Gbagbo énumère une série d’autres arguments qui ont amené sa direction à considérer que le gouvernement rompt le dialogue politique.

Un dialogue bloqué, selon le FPI, qui rappelle son constat de «l’échec du processus de réconciliation nationale» et qui s’en prend à «l’immobilisme de la CDVR», la Commission dialogue, vérité et réconciliation.

Le parti à la rose dénonce aussi le maintien en détention de Simone Gbagbo et d’environ «800 prisonniers, civils et militaires» pro-Gbagbo. Le FPI redit son opposition au recensement général de la population, réitère au passage son appel au boycott du recensement et des auditions entreprises par la CDVR pour écouter les victimes de la crise postélectorale et des crises antérieures.

Après avoir fait unilatéralement le constat de «la rupture du dialogue politique par le gouvernement», la direction du FPI renvoie le moment de déterminer l’attitude que le parti va prendre, en convoquant une réunion extraordinaire de son comité central.

De son côté, l’avocat international de Charles Blé Goudé a pu rencontrer son client. Ce dernier serait en bonne santé, «un peu fatigué» et «physiquement très faible mais moralement très fort».

«Charles Blé Goudé m’a dit qu’il était devant le juge à Abidjan. La juge a demandé s’il voulait être renvoyé à La Haye. Il m’a dit qu’il voulait être jugé par la loi en Côte d’Ivoire mais par le gouvernement. Mais [que] si la loi exige qu’il soit renvoyé à La Haye, alors il acceptera dans un bon esprit», a témoigné son défenseur.

LUPITA NYONG’O: Héroïne du prochain “Stars Wars”? Son rêve continue…

COTE D’IVOIRE: Les autorités ont annoncé la professionnalisation de la filière du karité