in

CARA ITALIA: Le fondateur Stephen Ogongo bombardé de menaces après la polémique avec le leader de la Lega, Matteo Salvini

Et la réaction du fondateur du mouvement pan-italien n’a pas tardé: il se fait entendre et la première dénonce est partie.

 

Stephen Ogongo avait demandé la fermeture des pages Facebook de la Ligue et Salvini pour la diffusion de messages de haine et de racisme. De cet appel, s’est declenchée une controverse, à laquelle Salvini a également pris immédiatement part, allant à l’encontre du leader de “Cara Italia” et déclenchant, en fait, la réaction violente et raciste de ses disciples. Ainsi à Stephen Ogongo, de très graves menaces ont commencé à arriver de la part des partisans du ministre de l’Intérieur. C’est alors qu’il a donc décidé de porter plainte.

 “Nous utiliserons tous les moyens légaux contre les menaces et insultes racistes”, déclare Ogongo. “Aujourd’hui, j’ai porté plainte auprès de la police postale contre un homme qui, en plus des insultes racistes, a menacé de m’attaquer dans la rue, ajoutant qu’il savait où je vivais”.

Et d’expliquer: “Les menaces me viennent depuis des mois et, après mon appel à la fermeture de la page Facebook de Matteo Salvini et de la Ligue, elles ont augmenté. Quelques insultes, les plus horribles et les plus honteuses que vous puissiez imaginer. A partir d’aujourd’hui, j’ai décidé de signaler à la police les auteurs de ces menaces. Je ne l’annonce pas pour les décourager de le faire, ce serait inutile, mais pour que chacun puisse avoir une idée concrète de ce que signifie un ” climat de haine et de persécution “.

“Quand je demande la fermeture des réseaux sociaux de ceux qui promeuvent directement ou indirectement le racisme, quand je remets en question la manière dont je gère le même Facebook, je le fais parce que pour moi et pour les nombreux Italiens d’origine étrangère qui vivent en Italie, il est de plus en plus clair que les mots nous conduisent à des actes. Salvini, et ceux qui, comme lui, fomentent ces réactions, sont plus qu’un mauvais professeur, ils sont les instigateurs idéologiques de ceux qui me menacent et m’insultent”.

Et encore: “Les haineux habituels, les amis et les partisans fanatiques du soi-disant capitaine qui me tirent dessus toutes les méchancetés et les insultes, j’ai de mauvaises nouvelles pour vous. Je n’abandonne pas d’un pouce. Je me bats pour le RESPECT DE LA PERSONNE HUMAINE ET LE RESPECT DE SA DIGNITÉ. Je lutte pour un monde où chaque être humain (sans distinction aucune) a de la valeur et ses droits sont respectés”.

Dans l’un des messages les plus lourds, qui a conduit Stephen Ogongo à déposer une plainte formelle, on lit un certain Valerio Sforza qui écrit: “Face de trou du cul, couillon, va dans ton pays, merde parasite. Prie seulement Dieu que je ne te rencontre pas dans la rue, je sais où tu loges, espèce de parasite vivantt sur le dos de nous les Italiens. De notre côté, toute notre pleine solidarité à Stephen Ogongo.

ITALIE – Matteo Salvini traite de “gitane de merde” une Rom qui lui souhaitait une balle dans la tête

NAOMI CAMPBELL: Honteux épisode raciste dénoncé par la top-model noire contre sa personne