in

CAMEROUN: les premiers 100 ans de la Paroisse de Bonamuduru

Bonamuduru: un temple qui… “bonnement dure”!

Il n’en a pas l’air et pourtant, le temple de la paroisse Bonamuduru situé à Deïdo à côté du collège Alfred Saker, a bien cent ans. Majestueux, l’édifice est toujours imposant dans le paysage de la ville. «Il n’affiche pas une seule ride», confie avec humour un fidèle de la paroisse.


Construit sur les ruines d’une petite chapelle en 1909 par des missionnaires de la « Basel Mission » et inauguré en 1912, l’édifice a traversé le temps.

«A l’époque c’était pratiquement le seul temple de la ville avec celui des Bonalembe. Il a été témoin d’une grande partie de l’histoire du Cameroun. Les célébrations du centenaire de la paroisse s’inscrivent dans un contexte de paix. Cent ans pour un temple qui a été érigé en monument historique de la Communauté urbaine de Douala (Cud), ça se célèbre. Il reste et demeure un lieu d’adoration et de prières. Au sortir de cette célébration, nous allons mettre sur pied une médiathèque où les fidèles pourront venir se ressourcer et connaitre l’histoire du temple», déclare Alain Ebengue, pasteur en second de la paroisse.

«Au-delà de l’aspect religieux, il s’agissait d’un lieu de réunions et de brassage de cultures. Les gens venaient de très loin pour adorer leur Dieu ici. Quand on ne voyait pas quelqu’un le dimanche, on savait qu’il y avait peut-être un problème. Sa situation à côté du rond-point Deïdo, au centre de la ville, a accentué ce rôle de brassage du temple», complète un étudiant en histoire, habitué de la paroisse. Aussi, diverses manifestations ont été organisées pour célébrer ce centenaire.

Le vendredi 6 avril, c’est l’artiste Manu Dibango qui a presté au cours d’un concert, aux côtés d’autres chorales.

Par ailleurs, une exposition de photos sur l’histoire du temple depuis cent ans se tient dans son enceinte. En outre, des historiens de renom ont été mis à contribution pour participer à des conférences-débats sur le rôle historique et communautaire du temple.

Les manifestations s’achèvent le 22 avril prochain par un culte de clôture dans la paroisse Bonamuduru.

 

 

SÉNÉGAL: Khadim Mbacké – «La BID est disposée à développer l’enseignement arabe au Sénégal»

CAMEROUN: La Pâques avec Manu Dibango