in

CAMEROUN: La mort de l’artiste Abdou Benito

L’auteur du hit “L’Orphelin” laisse ses fans orphelins.

La musique Camerounaise et à nouveau en deuil, quelques semaines et mois après la brutale disparition à Douala de Paolo Eyoum et de Bébé Manga. Abdou Bénito, auteur de la chanson à succès «l’Orphelin» est mort de suite de maladie, à l’âge de 59 ans.

 

De son vrai nom Marcus Wotema Baouro, Abdou Bénito voit le jour à Garoua en 1953, fils d’un père originaire de la région du Soleil Levant (Est du Cameroun). C’est dès sa tendre enfance que cet artiste entre en contact avec la musique aux côtés de son père dont on dit qu’il était un très grand mélomane. Le jeune Abdou Bénito écoute ainsi des chansons de divers genres et rythmes, ce qui va naturellement le conduire vers le monde musical qui deviendra pour lui un passe-temps tout en poursuivant son cursus scolaire.

La chanson «L’Orphelin» est révélée au monde grâce au télé film du même nom produit par la CRTV (Cameroon Radio and Television Corporation) dans les années 90 mais alors interprétée par Ottou Marcellin à qui l’on attribue la composition, Abdou Bénito étant tapis dans l’ombre, à la recherche d’un producteur. C’est quelques années après qu’il sort de l’ombre et clame tout haut la paternité de cette chanson et juste après publie un album qui sera très vite adopté par le public.

L’auteur de «L’Orphelin» devient immédiatement le chouchou des amoureux des bonnes paroles et de la bonne musique. Cette chanson dédiée à toutes les «âmes en peine» est sur toutes les lèvres et au cours d’un concert à Yaoundé, l’auteur qui n’était qu’un simple invité, ravit la vedette et est porté en triomphe. Le monde musical l’accueille et le place au firmament.

Mais l’aventure musicale ne prendra pas le pas sur la profession. Enseignant sorti du moule de l’École Normale des Instituteurs de l’Enseignement Général de Garoua, il est plus présent dans les salles de classe que dans les salles de concert. Ce chevalier de la craie est si attaché à sa profession qu’il n’accepte pas de voir ses élèves abandonnés à eux-mêmes pendant qu’il court le monde en chantant. Pour satisfaire ses fans, il préfère mettre ses chansons sur des supports qu’ils pourront écouter à loisir. Ceux qui l’ont côtoyé disent qu’il savait tirer son épingle du jeu même dans des moments difficiles et que sans renier ses valeurs ancestrales que l’on décryptait dans ses chansons, il se réclamait «citoyen du monde».

Véritable gardien du riche patrimoine culturel Camerounais, maître du verbe et de la parole, éducateur et père de famille, Abdou Bénito ou si vous préférez Marcus Wotema Baouro était tout cela à la fois. Fort de caractère, attaché à ses proches et amis, doté d’un énorme talent musical, Cet artiste qui s’en est allé pour l’autre était aussi reconnu comme un homme affable, simpliste.

Il laisse à la postérité 8 enfants, une famille éplorée mais surtout un public «orphelin» qui avait tant aimé la suavité de sa voix.

Mais ne dit-on pas communément, qu’un artiste ne meurt jamais ? Salut l’artiste.

 

NAUFRAGE COSTA CONCORDIA: La mysterieuse moldave à bord est l’amante du commandant!

PRÉSIDENTIELLE SÉNÉGALAISE: La note discordante des occidentaux