in

CAMEROUN: Dictionnaire de la langue Ewondo

Présentation publique du «Nouveau dictionnaire Ewondo».

Publié aux éditions Terre Africaine, ce dernier compte environ 10.000 mots et plus de 150 proverbes étendus sur 444 pages.

La cérémonie de présentation du Dictionnaire Ewondo a été présidée par des personnalités telles le ministre de l’Enseignement supérieur camerounais, Jacques Fame Ndongo, «représentant personnel du chef de l’Etat», Jean Claude Ottou, directeur général de MTN Cameroun, de l’éditeur Bassek Ba Kobhio, par ailleurs réalisateur de cinéma de renommée internationale et Rose Zang Nguele (adjoint délégué du gouvernement) et ancien membre du gouvernement.

L’auteur Siméon Basile Atangana (70 ans) a prononcé son discours, d’abord en français puis en Ewondo. Les deux langues ont d’ailleurs été parlées pendant la cérémonie.

Ce septuagénaire a souligné que le Nouveau dictionnaire Ewondo a pour principal objectif la valorisation de la langue Ewondo, disant d’avoir fait un constat malheureux, celui d’une jeunesse Ewondo qui accorde de moins en moins un intérêt à sa langue maternelle.
«Le constat vient du fait que beaucoup d’enfants aujourd’hui ne s’expriment presque plus en langue Ewondo, ce dictionnaire a donc été mis sur pied pour promouvoir la culture ewondo. Si jamais une langue disparaît, ceci revient à dire que la culture a disparu».

Le livre a été diversement apprécié.

«L’extrait est très mal perçu sur le plan du fond. Ce livre va participer à la sauvegarde du patrimoine linguistique. Nous savons tous que dans les langues bantou, la prononciation et le ton sont des choses essentielles et le document fait abstraction de deux», a déploré Jean Marie Essono, intervenant et promoteur du dictionnaire de la langue “douala”.

Par ailleurs d’autres apprécient l’initiative: «Le dictionnaire véhicule la culture, la coutume. Donc c’est une très bonne chose d’avoir cet ouvrage pour des lectures faciles et qui est également complété par des proverbes», a soutenu le professeur Joseph Owona.

Norbert Ngouma

 

ABIDJAN (C.I.): La célèbre rue Princesse rasée au bulldozer

SCHENGEN: Nouvelles règles sur les controles aux frontières